Économie – Social DOSSIER : Alstom Transport à Belfort : encore un avenir ?

Fin de la production d'Alstom à Belfort : "Un coup de couteau dans le dos" selon les syndicats

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu jeudi 8 septembre 2016 à 8:31

Le site historique d'Alstom Transport à Belfort
Le site historique d'Alstom Transport à Belfort © Maxppp -

Les syndicats d'Alstom ne veulent pas se laisser faire, après le coup de tonnerre du mercredi 7 septembre. La direction de la branche transport à Belfort a annoncé aux 500 salariés le transfert de la production vers le site alsacien de Reichshoffen. Au total, 400 emplois sont concernés.

Personne ne s'y attendait sur place. Au contraire même, les salariés d'Alstom Transports étaient pour la plupart confiants. Le matin, la direction du constructeur ferroviaire présentait avec la SNCF le TGV du futur en assurant dans un communiqué de presse que le savoir-faire du site belfortain serait sollicité. Mais à peine deux heures plus tard, la nouvelle tombe : le site historique de Belfort va perdre sa production. Elle sera transférée vers Reichshoffen en Alsace. Sur les 500 salariés du site, 400 sont concernés. La direction leur promet qu'ils pourront travailler sur le site alsacien ou sur les dix autres sites du groupe en France. Mais les syndicats n'ont pas l'intention de se laisser faire.

"Les raisons de la fermeture sont fallacieuses - André Fages, CFE-CGC

André Fages, délégué syndical CFE-CGC a réagi sur France Bleu Belfort Montbéliard, au lendemain de la nouvelle. " La nuit a été courte, je me sens mal car on a reçu un coup de couteau dans le dos. Les raisons de la fermeture qu'ils vont avancer sont fallacieuses. Mal aussi car les politiques, comme Emmanuel Macron quand il était ministre, nous avait donné des garanties sur la pérennité du site. Et je me sens mal aussi car des centaines de familles sont concernées et sont dans l'inquiétude" affirme le syndicaliste.

André Fages, délégué syndical CFE-CFG Alstom Belfort : "C'est un coup de couteau dans le dos"

"On fout à la porte 500 personnes et leur famille - Pascal Novelin, CGT

La CGT ne cache pas sa colère non plus. "On va se battre jusqu'au bout, on ne lâchera rien," affirme Pascal Novelin, secrétaire CGT du CE d'Alstom Transport. Les syndicats insistent sur la moyenne d'âge des salariés à Belfort. La plupart ont la cinquantaine, leur vie est ici."On fout à la porte 500 personnes avec leurs familles, mais on ne s'en va pas comme ça avec son baluchon sur le dos et sa famille" explique Pascal Novelin.

Pascal Novelin, secrétaire CGT Alstom à Belfort : " On va se battre jusqu'au bout, on ne va rien lâcher"

Beaucoup insistent sur la dimension symbolique du site belfortain, le berceau historique du groupe. Un argument qui n'a plus aucune influence, regrette Olivier Kohler, délégué CFDT. Pour lui, d'autres solutions étaient possibles : "On peut assurer de l'emploi sur Belfort, réfléchir sur un partage de l'activité entre les différents sites du groupe en France même dans le monde par exemple" .

Blocage, grève et manifestations en vue ?

Une réunion intersyndicale doit se dérouler ce matin sur le site pour réfléchir aux suites à donner. Blocage, grève, manifestation ? Toutes les pistes sont envisagées et les syndicats préviennent : à quelques mois de la présidentielle, ils comptent bien mettre la pression sur les politiques et le gouvernement pour ne pas disparaître.

A LIRE AUSSI >>>  Alstom Transport à Belfort : 137 ans d'histoire