Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un député de Côte-d'Or veut mettre fin à la guerre entre Taxis et VTC

jeudi 21 juillet 2016 à 14:36 Par Marion Bargiacchi, Christophe Tourné et Adeline Tavet, France Bleu Bourgogne

La hache de guerre entre Taxi et VTC est-elle sur le point d'être enterrée ? Le député côte-d'orien Laurent Grandguillaume présentait ce mercredi 20 juillet à l'assemblée nationale, sa proposition de loi pour que ces deux modes de transports puissent coexister.

Les taxis avaient été nombreux à manifester contre les VTC.
Les taxis avaient été nombreux à manifester contre les VTC. © Maxppp - Michel Labonne

Côte-d'Or, France

Vous vous souvenez peut-être de ces scènes de violence entre Taxis et VTC dans les grandes agglomérations en janvier dernier ? Les premiers accusent les voitures de tourisme avec chauffeur de concurrence déloyale parce que les taxis doivent payer une licence pour conduire les clients contrairement aux chauffeurs de VTC.

On parle aussi souvent de grand écart numérique entre les professions. Les VTC étant très en avance. Il était possible de commander une voiture en un clic. En revanche, on parle souvent peu de la précarité des chauffeurs liés à cette jungle numérique.

Instaurer une concurrence saine

Pour les usagers, ça ne va rien changer. Mais pour les chauffeurs, l'objectif est de trouver un équilibre et que personne ne soit lésé. Ça passe donc par la régulation des plates-formes numériques comme UBER ou Hitch. L'objectif est qu'elles ne soient plus seulement un moyen de mettre en relation chauffeurs-clients mais qu'elles fonctionnent comme une centrale de réservation de taxis avec les même droit mais aussi les même devoirs. En proposant une voiture pour un trajet, la plate-forme doit garantir que le chauffeur est bien qualifié par exemple.

Les taxis, conservent pour leur part l'exclusivité du droit de maraude, autrement dit, ce sont les seuls que l'on peut héler en pleine rue.Pour monter à bord d'un VTC, il reste obligatoire de passer par la case réservation à l'avance.

Autre point de la loi, les chauffeurs de taxis et de VTC suivront la même formation. Jusque-là, pour conduire un taxi il fallait valider plusieurs modules alors que pour les VTC, ce n'était qu'un examen sous forme de question-réponses.