Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un drone pour surveiller l'aéroport de Dijon-Bourgogne

samedi 4 mars 2017 à 19:00 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Les agents de l'aéroport de Dijon-Bourgogne pourraient bientôt accueillir un nouveau collègue pas tout à fait comme les autres. Il s'agit d'un drone complètement autonome qui pourrait les aider à faire des missions d'inspection et de contrôle pour renforcer la sécurité sur le site.

Le drône pourrait aider les agents à inspecter les 300 ha de l'aéroport
Le drône pourrait aider les agents à inspecter les 300 ha de l'aéroport - Edeis

Dijon, France

Voir le drone voler au dessus des pistes de l'aéroport de Dijon, c'est un peu se retrouver dans une scène de film de science-fiction. Il ne mesure que quelques dizaines de centimètres, mais avec ses voyants lumineux et sa caméra embarquée, ce petit robot pourrait rendre de nombreux services aux agents de l'aéroport : "il est capable d'analyser des trous d'un centimètre sur la piste, il peut se faufiler partout, au-dessus des bâtiments qui font parfois sept mètres de haut", explique Mickaël Toma, le responsable de l'exploitation de l'aéroport.

Ce drone, développé par la société Uavia, a été testé pour la première fois à l'aéroport de Dijon-Bourgogne les 17 et 18 février derniers. Il est complètement autonome, c'est à dire que quand il part en inspection, il est capable de comparer tout seul l'état de la piste et des clôtures et de noter les différences entre l'inspection en cours et la précédente. S'il détecte une anomalie, il alerte l'agent qui est en poste dans la tour de contrôle. Le jour du test, c'est Frédéric Gergaud qui était là : "j'ai regardé ça d'un œil amusé, parce que ce sera bientôt notre petit jouet. Aujourd'hui quand on a un doute, on fait appel à nos collègues, qui doivent se dépêcher pour se rendre sur place, avec le drone, ce sera plus simple et plus réactif."

C'est derrière cette entrée que le drone entrera en action  - Radio France
C'est derrière cette entrée que le drone entrera en action © Radio France - Anne Pinczon du Sel

"Le drone ne va pas remplacer l'humain"

Les agents vont continuer de patrouiller et de faire des inspections comme ils le font chaque semaine. Le drone va permettre de faire des contrôles en plus, et de lever plus rapidement les doutes quand il y en a. Est-ce qu'on risque un jour de voir disparaître les agents au profit de ces petits robots ? "Non, le drone n'a pas vocation à remplacer l'humain, mais à l'aider, promet Mickaël Toma, il est capable de voir des choses que nous on ne peut pas voir, l'œil humain est parfois distrait."

Un deuxième test devrait être réalisé d'ici deux à trois mois. Le groupe Edeis espère pouvoir faire travailler le drone d'ici la fin de l'année. Mais il reste encore quelques démarches à faire, reconnaît Simon Dreschel, le directeur adjoint des aéroports chez Edeis : "le premier frein, c'est surtout la règlementation. Un aéroport c'est une zone d'exception, donc on n'a pas le droit d'y faire voler un drone. Il faut donc encore que l'on obtienne les autorisations nécessaires."

Le drone inspecte la piste pour vérifier qu'il n'y a pas de fissures  - Aucun(e)
Le drone inspecte la piste pour vérifier qu'il n'y a pas de fissures - Edeis