Économie – Social

Un enquête de la CGT révèle un climat délétère au Conseil départemental de la Corrèze

Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin lundi 24 octobre 2016 à 16:51

Le 22 septembre dernier, le rassemblement "imposé" à tous les agents avait déjà révélé le malaise au sein du Département
Le 22 septembre dernier, le rassemblement "imposé" à tous les agents avait déjà révélé le malaise au sein du Département © Radio France - Philippe Graziani

Au mois de juin dernier, la CGT, syndicat majoritaire parmi les agents de la collectivité, diffusait un questionnaire anonyme auprès des 1.400 salariés du Conseil départemental de la Corrèze. Parmi les réponses, beaucoup de critiques sur le climat qui règne au sein de la collectivité.

La CGT a commencé a diffuser son questionnaire, anonyme, auprès dès 1.400 salaréis du Conseil départemental en juin dernier. "Nous avons eu entre 20 et 30 % de réponses" affirme Jean-Claude Ferrière, le secrétaire général de la CGT du Conseil départemental. Et ce qui l"a le pris surpris, c'est que même les cadres, "d'habitude peu loquaces" ont fortement participé. Ce sont eux qui donnent les réponses les plus édifiantes, même si elles ne sont pas vraiment une surprise. "On avait toujours des remontées qui ne cessaient de se dégrader depuis plusieurs mois mais c'était toujours sur des on-dit, on savait qu'il y avait des gens en arrêt maladie, des gens qui souffraient". Le questionnaire avait pour vocation de faire un état des lieux plus précis.

"Un management par la terreur"

L'anonymat du questionnaire a visiblement permis aux salariés de s'exprimer librement. Jean-Claude Ferrière est même surpris de la dureté des mots de certains agents, ils parlent de "management par la terreur, de harcèlement, de menaces, de mépris, de dénigrement". Et plus généralement beaucoup évoquent un "climat délétère, qui a des répercussions sur la vie privée".

Une réorganisation menée tambour battant

La direction du Conseil départemental ne cache pas sa surprise face aux réponses données à ce questionnaire dont la CGT n'avait parlé. Elle attend de le connaître plus en détail pour en faire des commentaires plus précis. Patricia Buisson, la directrice générale des services, rappelle tout de même que la réorganisation au Département menée tambour battant a pu dérouter les agents. Mais, selon elle, "ses résultats positifs commencent à se faire sentir" et elle ajoute qu'elle rencontre en ce moment tous les agents, qu'elle voit les organisations syndicales une fois par mois et qu'elle "entreprend tous les travaux avec elles," bref que sa porte est ouverte à la discussion. La CGT présentera le détail du questionnaire fin novembre au cours d'un comité d'hygiène et de santé.

Partager sur :