Infos

Un été sans moules de Barfleur : les pêcheurs comptent sur la coquilles Saint-Jacques

Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin lundi 12 septembre 2016 à 8:00

Faute de moules de Barfleur, une quinzaine de bateaux ont dû recourir à du chômage partiel cet été dans la Manche
Faute de moules de Barfleur, une quinzaine de bateaux ont dû recourir à du chômage partiel cet été dans la Manche © Radio France - Julien Pasqualini

Sur la côte Est du Cotentin, les pêcheurs attendent avec impatience l'ouverture de la saison des coquilles Saint-Jacques dans trois semaines alors qu'ils viennent de passer un été sans pouvoir pêcher les moules de Barfleur . En cause : le manque de ressource

Certains bateaux sont restés à quai : une quinzaine ont dû recourir au chômage partiel dans la Manche, une soixantaine de salariés concernés, matelots, intermédiaires, femme de pêcheurs.

Des pêcheurs qui comptent donc sur la coquilles Saint Jacques pour sauver leur saison comme David Rigault, président de la commission moules du comité régional des pêches, et pêcheur à Barfleur. Il a dû licencier un membre de son équipage. Une première en 19 ans pour cause de manque de ressources.

Tous les bateaux attendent la coquille avec impatience en espérant que la saison soit bonne pour compenser les pertes de cet été. David Rigault

Quid de l'été prochain ?

Selon Ifremer, la ressource de coquilles est au rendez-vous. Pour la moule de Barfleur rien n'est moins sûr. Il faudra passer l'année avec un point d'interrogation et attendre les nouveaux prélèvements en février-mars  Alain Rigault vice-président du comité local des pêches Est Cotentin n'est pas très optimiste

"L'année prochaine on n'a pas d'espoir pour pêcher Si de la moule se redépose, il faut au minimulm deux ans pour refaire une moule exploitable." Alain Rigault

Et ça pourrait commencer à devenir compliqué pour certains bateaux qui n'ont pas pu compenser cet été avec d'autres pêches comme le maquereau ou la sole. D'autant que les demandes d'aides sont jusqu'ici restées sans réponses.

Partager sur :