Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un étudiant caennais invente et commercialise son pince-nez anti-buée

C'est un petit bout de plastique qui facilite la vie des porteurs de lunettes, constamment habitués à devoir faire avec la buée sur leurs verres. Un étudiant caennais de 23 ans, Clément Perrot a créé son entreprise pour commercialiser ses propres pince-nez fabriqués avec des imprimantes 3D.

Clément Perrot et son pince-nez créé avec des imprimantes 3D
Clément Perrot et son pince-nez créé avec des imprimantes 3D © Radio France - Philippe Thomas

L'idée lui est venue en se baladant sur les marchés de Caen : Clément Perrot voit alors beaucoup de personnes embêtées avec la buée sur leurs lunettes. Le jeune homme, qui a déjà sa petite entreprise de produits en 3D clementperrot-impression3d.com sur internet (et commercialise des produits aussi divers que des porte-vélos, des visières de protection ou des pots de fleurs), décide alors de lancer ses propres pince-nez anti-buée. Il crée des prototypes qu'il teste sur différents nez autour de lui pour trouver le modèle qui conviendra à tou(te)s.

Les pince-nez, ici en bleu marine, peuvent être fabriqués dans différentes couleurs
Les pince-nez, ici en bleu marine, peuvent être fabriqués dans différentes couleurs © Radio France - Philippe Thomas

Cinq imprimantes tourne quasiment en continu dans le garage des parents

Un modèle qui à le souci de l'écologie : "c'est à base d'amidon de maïs, un plastique qui n'est pas d'origine pétrolière", explique celui qui suit un double cursus d'ingénieur et en marketing. Un produit qu'il a commencé à commercialiser il y a un peu moins de deux mois à un prix réduit face à la concurrence., 13 euros 20 par lot de 15 (sachant qu'ils sont réutilisables). La production se fait à partir de cinq imprimantes 3D installées... dans le garage des parents de Clément ! "Cela revient à environ 88 centimes l'unité. Ca reste abordable. La vente par lots permet d'avoir un format familial et d'en offrir aux amis." Les frais de port sont offerts. Aujourd'hui, la production se fait quasiment en continu.

Ecoutez Clément Perrot au micro de Philippe Thomas :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess