Économie – Social

Trois foyers de grippe aviaire découverts dans le sud-ouest

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord, France Bleu Toulouse et France Bleu vendredi 2 décembre 2016 à 10:24 Mis à jour le vendredi 2 décembre 2016 à 16:24

Un cas a été détecté à Almayrac, dans le Tarn.
Un cas a été détecté à Almayrac, dans le Tarn. © AFP - Pascal Pavani

Trois foyers de grippe aviaire H5N8, "hautement pathogène" pour les oiseaux, ont été détectés dans des élevages de canards du Tarn, du Lot-et-Garonne et des Hautes-Pyrénées. La réapparition du virus ne permettra pas à la France de reprendre les exportations de foie gras.

Trois foyers de grippe aviaire H5N8, "hautement pathogène" pour les oiseaux, ont été détectés dans des élevages de canards dans le sud-ouest. Ils ont été découverts dans le Tarn et les Hautes-Pyrénées, a expliqué l'AFP. Le journal Sud-Ouest signale également un cas dans le Lot-et-Garonne. Une conférence de presse de la préfecture du Gers est par ailleurs prévue à 17h.

La préfecture du Tarn, premier département touché ce vendredi, a immédiatement pris des mesures pour tenter d'enrayer l'épizootie : 18.000 canards ont déjà été abattus. "Il y a des cas de suspicion, les prélèvements sont en cours", a-t-elle précisé. "L'objectif est de stopper impérativement la diffusion du virus. D'autres animaux pourront être euthanasiés, y compris à titre préventif s'il y a suspicion. Pour l'heure, nous gelons les déplacements et procédons aux désinfections d'usage. Les animaux doivent être confinés dans les élevages de manière rigoureuse car nous percevons une certaine progression virale".

Coup dur pour les producteurs

Le virus semble de surcroît particulièrement agressif, a ajouté la préfecture. "Il est extrêmement dangereux car la mortalité intervient rapidement. C'est la première fois que l'on constate ce degré de virulence".

C'est un coup dur pour les producteurs de foie gras, qui devaient recouvrer le 3 décembre le statut sanitaire qui leur permet d'exporter leurs produits dans de nombreux pays hors d'Europe. Une perspective qui s'éloigne désormais, puisque le virus est de retour, a estimé plus tôt dans la journée le ministère de l'Agriculture. Les éleveurs feront l'objet d'un recensement pour être indemnisés dès la mi-janvier, a précisé le préfet du Tarn.

  - Aucun(e)
-

Partager sur :