Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un Français sur cinq dépasse tous les mois son découvert autorisé

-
Par , France Bleu

Nos fins de mois difficiles nous coûtent de plus en plus cher. 72,50 euros de frais supplémentaires en moyenne à la fin de l'année à cause des dépassements des découverts autorisés. 21% des Français y ont recourt pour boucler leur budget, selon une étude du comparateur "Panorabanques".

Un Français sur cinq dépasse tous les mois son découvert autorisé.
Un Français sur cinq dépasse tous les mois son découvert autorisé. © Maxppp - Jean-François FREY

Les titulaires de comptes bancaires interrogés par "Panorabanques.com" sont encore très nombreux à dépasser les limites de leur découvert autorisé. Dans son baromètre 2019 le comparateur de frais bancaire montre une nouvelle fois que quasiment tout le monde est concerné. Mais aussi que ce découvert les banques le facturent à prix d'or.

Plus de soixante dix euros par an

Un Français sur cinq dépasse tous les mois son découvert autorisé, c'est un peu moins que l'année précédente (un sur quatre) selon le baromètre 2019 de Panorabanques.com

21% des clients vont au-delà de leur découvert autorisé tous les mois, 40% une fois par trimestre et deux tiers une fois par an.

Mais les frais liés à ces dépassements leur coûtent plus cher. 72,5 euros en moyenne en 2018 contre 60,20 euros en 2017.

Malgré des frais de commissions d'intervention plafonnés

Chaque dépassement des découverts autorisés engendre des frais de commissions d'intervention qui expliquent ces frais élevés.

Ils sont fixés librement par les banques, mais en générale ils correspondent au plafond de 8 euros par opération et 80 euros par mois (loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013). Ce plafonnement est de 4 euros par opération et 20 euros par mois pour les personnes en situation de fragilité financière.

Il faut savoir que la plupart des banques en ligne ne facturent pas de commissions d'intervention.

Courriers facturés dix euros, agios majorés...

Mais d'autres frais se rajoutent. Les banques envoient des lettres d'information pour "compte débiteur" non autorisé. Ces courriers sont payants dans 76% des banques. Ils sont facturés en moyenne 10 euros par envoi.

Il faut aussi ajouter les agios majorés entre 16% et 21%. 

Un client "en dépassement de découvert tous les mois peut verser 250 euros par an" souligne Laure Prenat, directrice générale de Panorabanques dans le Parisien Aujourd'hui en France.

Même les plus aisés sont dans le rouge

Ces dépassements de découvert autorisé et non autorisé sont considérés comme des "facilités de paiement" qui permettent généralement de boucler des fins de mois difficiles, de s'offrir un extra, mais aussi de disposer d'une trésorerie en attendant les rentrées d'argent. 

Même les clients plus aisés, qui déposent plus de 3000 euros chaque mois sur leur compte, recourent largement à ce service (un sur deux franchit cette ligne rouge au moins une fois par an en 2017).

Que faire pour limiter ces frais ? 

Une gestion plus rigoureuse de ses dépenses est évidement le meilleur moyens d'éviter de tomber dans le rouge, mais ce n'est pas toujours facile. Il est en revanche possible de faire jouer la concurrence en comparant les tarifs.

Un nouveau prospectus simplifié des principaux tarifs bancaires (tenue de compte, virement et prélèvement, cotisation carte bancaire, commission d’intervention…) standardisé au niveau européen est obligatoire depuis le 31 juillet 2019.  Les prix étant présentés de la même façon d'une banque à l'autre c'est plus simple de comparer.

Des frais limités pour les personnes en situation de fragilité financière

En réponse aux revendications portées par les Gilets Jaunes, les banques françaises ont gelé leurs tarifs en 2019. 

Elles se sont engagées à plafonner depuis le 1er février 2019 les frais d’incidents à 25 euros pour les clients les plus fragiles et 20 euros pour ceux qui bénéficient d'une offre spécifique.

Si vous êtes identifiés comme un client en situation de fragilité financière par votre banque, vous pouvez en effet souscrire à une offre spécifique destinée à vous protéger (loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu