Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un hôpital dijonnais et ses 1 100 salariés au bord de la crise de nerfs

jeudi 6 septembre 2018 à 19:53 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Au Centre hospitalier spécialisé de La Chartreuse à Dijon (Côte-d'Or) une expertise donne raison aux syndicats. Réalisée par le cabinet Syndex elle met en avant des risques psychosociaux dans cet établissement.

Une vue du CHS La Chartreuse, il s'agit d'une photo affichée dans le bureau du directeur d'établissement
Une vue du CHS La Chartreuse, il s'agit d'une photo affichée dans le bureau du directeur d'établissement © Radio France - Thomas Nougaillon

21000 Dijon, France

Alors que le Centre hospitalier spécialisé "La Chartreuse" vient d'être touché par sept mois de grève, ce jeudi, dans un amphi du CHS, ont été présentés aux personnels, les résultats d'une expertise menée durant quatre mois. 

A la demande du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) - et surtout des syndicats qui en font partie - le cabinet Syndex a expertisé une centaine de personnels qui a répondu à des questionnaires individuels et des entretiens collectifs sur les conditions de travail. 

"Souffrance", "perte de sens", "sentiment de faire de l'abattage". Ce rapport pointe du doigt des risques pour la "santé physique et mentale de l'ensemble des personnels". Le Directeur de l'établissement doit "prendre des décisions rapides et cohérentes" pour appliquer "les préconisations du cabinet d'expertise" disent les syndicats dans un communiqué.   

Fabienne Grappin, délégué CFDT, le syndicat majoritaire au CHS - Radio France
Fabienne Grappin, délégué CFDT, le syndicat majoritaire au CHS © Radio France - Thomas Nougaillon

Fabienne Grappin est déléguée CFDT, le syndicat majoritaire au CHS. "Les agents sont en souffrance parce que dans tous les services on manque de personnels. On manque de lits. Les patients se promènent à droite, à gauche, il y a effectivement des risques psychosociaux. Il y a beaucoup de gens qui se lassent de tout cela. Il faut vraiment surveiller cela de près" explique la syndicaliste. 

Pour Fabienne Grappin le point crucial est le manque de salariés. "On va essayer de décider le directeur à ce qu'il y ait un peu plus de personnels parce que dans les services parfois ils ne sont que trois". Avec trois personnels, impossible de s'occuper correctement des malades. "On ne peut pas les prendre en charge correctement. Les patients ont besoin de parler. A trois c'est impossible".  

Fabienne Grappin

Delphine Chrétien, secrétaire du syndicat CGT et membre titulaire du CHSCT - Radio France
Delphine Chrétien, secrétaire du syndicat CGT et membre titulaire du CHSCT © Radio France - Thomas Nougaillon

Le témoignage de Delphine Chrétien

Voici quelques-uns des problèmes concrets que pointent - de son côté - Bertrand Poéte, expert au cabinet Syndex. "On a véritablement un problème de management sur cette institution. Un management qui est trop à distance de la réalité de ce que vivent les agents. Un management qui ne donne pas de lignes directrices." 

Et il y a aussi des problématiques liées aux espaces de travail détaille Bertrand Poéte. "Le matériel par exemple devient de plus en plus vétuste." Le cabinet Syndex évoque les responsabilité de la direction de La Chartreuse. "Il paraît nécessaire que l'employeur fasse le nécessaire pour que la situation devienne un peu plus sereine et réduise les risques qui peuvent se transformer en pathologies pour les agents."

Bertrand Poéte

Bruno Madelpuech, directeur du CHS La Chartreuse - Radio France
Bruno Madelpuech, directeur du CHS La Chartreuse © Radio France - Thomas Nougaillon

Bruno Madelpuech

Bruno Madelpuech, directeur du CHS La Chartreuse, est aussi président du CHSCT. Quelles sont les mesures qu'il compte mettre en place pour améliorer la situation de ses salariés ? "Ce CHSCT doit travailler sur un certains nombre de sujets. Dans le rapport Syndex on voit un vivier d'actions possibles qui existent - mais peut-être doivent elles être accentuées - d'autres sont à mettre en place. Toutes ces mesures mises bout à bout doivent permettre d'atténuer ce sentiment de souffrance au travail. Nous verrons avec les organisations syndicales les points que nous ferons évoluer." Bruno Madelpuech qui conclut : "Peut-être les actions les plus simples à mettre en place concernent les problèmes matériels que l'on peut régler rapidement".  

Pierre Lugbull, infirmier en pavillon fermé depuis une dizaine d'années et Jonathan Blaise aide-soignant syndiqué chez SUD Santé Sociale  - Radio France
Pierre Lugbull, infirmier en pavillon fermé depuis une dizaine d'années et Jonathan Blaise aide-soignant syndiqué chez SUD Santé Sociale © Radio France - Thomas Nougaillon

Les syndicats attendent désormais que la direction mette en place les préconisations de Syndex. Si cela n'est pas le cas la CGT promet de repasser à l'action. La CGT dont le mouvement de grève a duré de février à août dernier! L'Agence Régionale de Santé, ARS, contacté pour obtenir des informations complémentaires, nous a renvoyé vers la direction de l'établissement... 

Quant à Syndex, il s'agit d'un cabinet d’expertise au service exclusif des représentants des salariés. Sa vocation est de conseiller et d’accompagner les CE et les CHSCT. Agréé par le ministère du travail, il n'y a pourtant, aucune obligation pour l'employeur à suivre ses préconisations.

A 8H11 ce vendredi 7 septembre 2018 vous entendrez le témoignage de Pierre et Jonathan. Ils nous raconteront leur quotidien au travail. Interview à écouter sur le 98.3 ou le 103.7 ou à retrouver ci dessous.

Pierre et Jonathan