Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un immeuble historique bientôt détruit dans le quartier Brésard à Guéret

-
Par , France Bleu Creuse

L'immeuble situé au 12, rue du Dr Brésard à Guéret, doit être démoli d'ici la fin de l'année 2021. Le bailleur social Creusalis commence une campagne d'information pour les locataires, qui vont être relogés. L'annonce de la démolition constitue pour certains d'entre eux un vrai crève-cœur.

L'immeuble du 12, rue du Dr Brésard, va bientôt être démoli
L'immeuble du 12, rue du Dr Brésard, va bientôt être démoli © Radio France - Céline Autin

Guéret, France

Dans la quartier Brésard de Guéret, impossible de le manquer ou de le confondre avec un autre immeuble : bleu et blanc, avec un ascenseur panoramique sur la façade, le bâtiment du 12, rue du Dr Brésard fait partie du paysage depuis les années 70. Plus pour longtemps : le bailleur social Creusalis annonce sa démolition d'ici 2022. Dans l'immeuble, les avis sont partagés.

La peine des habitants historiques

Sur les 75 logements que compte le bâtiment, 60 sont actuellement occupés. Parmi eux, des habitants "historiques" de l'immeuble, comme Lucette, 90 ans, dont 46 passés dans son appartement. Du bas de l'immeuble, ses géraniums rouges vifs tranchent sur la grisaille de la façade. Abandonner ses fleurs, son grand salon et sa vue sur Guéret : Lucette a peine à l'imaginer : "Je ne vois pas ce qu'il a de mal cet HLM ! L'entrée est correcte, je n'ai aucun reproche à faire."

Détruire toute une vie dans un grand boum ? Ça va me faire pleurer. Manuela, une habitante de l'immeuble.

Même sentiment chez Manuela, une voisine du-dessus : "Je suis arrivée en France il y a cinquante ans, et j'habite ici depuis 43 ans. Mes enfants ont grandi dans cet appartement, ils retrouvent leurs chambres quand ils reviennent." Chez elle aussi, l'appartement est en bon état : "je l'ai fait et refait, on a installé récemment des porte-fenêtres, une douche, et maintenant ils vont tout détruire ? Détruire toute une vie ?" Elle ne s'imagine même pas voir tomber son immeuble : "si je suis à Guéret ce jour-là, je ne voudrais pas le voir tomber. C'est trop dur, ça va me faire pleurer."

Le balcon de Lucette, dans les étages de l'immeuble du 12, Dr Brésard - Radio France
Le balcon de Lucette, dans les étages de l'immeuble du 12, Dr Brésard © Radio France - Céline Autin

Un immeuble vieillissant 

Pourtant, d'autres locataires de l'immeubles accueillent la nouvelle avec plus de philosophie. Odile, habitante depuis 6 ans dans l'immeuble, admet qu'elle "redoute d'être séparée de ses voisins" mais est "heureuse de retrouver un appartement neuf. L'immeuble a beaucoup vieilli." Momo, un autre habitant, approuve : le plafond de son salon porte des traces lézardées, "et les tuyaux du gaz sont en train de rouiller. Ça va être un soulagement de partir."

Du côté de Creusalis, on insiste pour replacer la démolition de l'immeuble dans un contexte plus large : celui de la politique de la ville de Guéret. "Cet immeuble n'est plus attractif : ses appartements sont trop grands, mal isolés, ce n'est plus ce que les gens recherchent aujourd'hui", explique Frédéric Suchet, directeur de Creusalis. "Nous allons proposer des solutions de relogement au cas par cas et prendre en charge les déménagements."

En vue de la démolition d'ici la fin 2021, les logements doivent être vides d'ici la fin 2020. Creusalis va engager une campagne d'information auprès des locataires, avec une réunion publique le jeudi 18 juillet, 18h, à l'Espace Fayolle.