Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Un job dating à Argenton-sur-Creuse pour aider les ex-GM&S à retrouver du travail

jeudi 7 juin 2018 à 19:08 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry, France Bleu Creuse et France Bleu

Sur les 140 ex-salariés GM&S de la cellule de reclassement, 42 ont retrouvé à ce jour un emploi, les autres cherchent encore, c'était le but de ce job dating organisé dans l'Indre ce jeudi 7 juin.

Les textiles Balsan avaient trois CDI à proposer.
Les textiles Balsan avaient trois CDI à proposer. © Radio France - Jonathan Landais

Argenton-sur-Creuse, France

Huit mois après le plan social de septembre 2017 chez GM&S, sous traitant automobile à la Souterraine en Creuse, une trentaine d’anciens salariés licenciés ont participé ce jeudi à un nouveau job dating à Argenton-sur-Creuse dans le sud de l’Indre. Une dizaine d’entreprises de l’Indre étaient présentes, comme les textiles Balsan ou les équipements industriels Beirens, pour des postes en CDI ou CDD. Il y avait aussi les établissements Glaude au Pêchereau (structures métalliques), GRM Berri à Celon (réparation ouvrage métallique), RBH industrie à Thenay (secteur automobile), des agences d'intérim...

J'ai du mal à retrouver un travail à 58 ans"

Une dizaine d'entreprises dont neuf de l'Indre étaient présentes à Argenton. - Radio France
Une dizaine d'entreprises dont neuf de l'Indre étaient présentes à Argenton. © Radio France - Jonathan Landais

Sur les 140 salariés qui avaient accepté de rejoindre la cellule de reclassement en novembre dernier, 42 ont retrouvé un emploi, soit moins d'un tiers. Les autres sont toujours à la recherche d'un travail, comme Jean-Pierre, 58 ans. Il a passé 20 ans chez GM&S en tant qu‘opérateur/régleur de ligne, il fait partie de la petite dizaine de salariés indriens qui ont été licenciés, il habite Chaillac dans l'Indre. "J'ai fait quelques boîtes d'intérim, maintenant je pense que ça ne va pas être facile, surtout à 58 ans... les employeurs ne disent pas grand-chose, ils prennent les CV, après il faut voir si on va être recontactés... faut attendre".

"J'envoie des CV mais on ne me répond pas" (Ludovic, 52 ans, ex-GM&S)

Il y a des postes à pourvoir mais très techniques" 

Beaucoup suivent des formations, pour devenir par exemple conducteur d'engins dans la logistique et le transport. Le problème numéro un reste celui de la qualification. Dans le secteur de la métallurgie par exemple, les entreprises ont des postes à pourvoir mais sur des compétences très techniques, plus éloignées de celles des anciens GM&S. "C'est le décalage qu'il y a entre leur activité principale dans l'emboutissage, l'assemblage, la tôlerie, qui étaient des niveaux de qualifications moindres, et ces emplois-là qui sont beaucoup plus pointus et réclameraient des formations importantes", explique Yvan Davidoff le Directeur de la Direccte de la Creuse.

Fin de la cellule de reclassement en octobre

Il y a aussi la barrière de l'âge. Passé 50 ans, certains n'ont plus envie de se lancer dans une formation longue. Et puis il y a la distance, beaucoup ne veulent pas trop s'éloigner de leur domicile. Les anciens GM&S s'arment donc de patience. Ils ont jusqu'à la mi-octobre pour espérer être reclassés, après cette date ils seront suivis directement par PôIe Emploi. Il s'agissait du troisième forum emploi sur les quatre prévus d’ici septembre. Le premier avait lieu à Bessines-sur-Gartempe en Haute-Vienne, le deuxième à Guéret en Creuse, le quatrième et dernier aura lieu en septembre à Limoges.

"Entamer une formation lourde après 50 ans, c'est plus compliqué"

Le job dating avait lieu dans la salle Charles Brillaud - Radio France
Le job dating avait lieu dans la salle Charles Brillaud © Radio France - Jonathan Landais