Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un job-dating à Dijon pour recruter dans l’hôtellerie et la restauration

-
Par , France Bleu Bourgogne

Régulièrement, le secteur de l'hôtellerie et de la restauration se plaint d'avoir du mal à pourvoir ses offres d'emplois. Le 25 mars dernier, dans les locaux de la CCI de Côte-d'Or, plus de 300 personnes se sont présentées à un job dating organisé par le club hôtelier Dijon-Bourgogne.

Munis de leur CV, les candidats ont été reçus par les employeurs
Munis de leur CV, les candidats ont été reçus par les employeurs © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

La saison touristique approche en Côte-d’Or, et les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration renforcent leurs effectifs. Pas toujours simple dans un secteur réputé difficile. A Dijon, le 25 mars dernier, un job-dating a été organisé dans les locaux de la Chambre de commerce et d'industrie, avec une centaine de postes, formations en alternance, CDD ou CDI, proposés par 25 recruteurs.

Dès l'ouverture des entretiens, des dizaines de candidats ont attendu leur tour, devant les tables où s’étaient installés les employeurs, dont Antoine Muñoz, directeur général du Grand Hôtel La Cloche à Dijon : « on est toujours en recherche de postes, c’est plus sur des postes de base, au bas de l’échelle, mais ce sont ceux qui sont importants aussi. On a des difficultés aussi à recruter sur certains postes. On a la saison qui arrive aussi, et c’est une occasion, ce job dating, pour rencontrer des jeunes et des gens en recherche d’emploi ».

Une mauvaise image qui perdure

Ce secteur d’activité traîne une mauvaise réputation en termes de conditions de travail et de salaires. Thomas, jeune cuisinier de 25 ans, confirme que les « conditions de travail ne sont pas forcément simples, il faut faire de gros horaires, les gens qui ne tiennent pas peuvent partir assez vite et c’est pour ça qu’en général, ça bouge énormément en cuisine ».

Pourtant, Marc Bonivert, président du Club hôtelier Dijon-Bourgogne, qui rassemble 43 établissements, assure que la profession a fait des efforts : « _aujourd’hui nos métiers ont vraiment changé, et dans le bon sens du terme_, mais l’image de la profession reste gravée plutôt négativement dans les esprits ».

Pour ce job dating, le Club hôtelier a fait appel aux recruteurs, mais aussi à tous les partenaires de la formation professionnelle : « si nous découvrons qu’il y a un problème sur un CV avec un manque de compétences, nous pouvons envoyer tout de suite ce candidat vers le pôle formation. Le pôle formation va l’intégrer dans une programmation de compétences, et va le renvoyer vers l’hôtelier en lui disant quel est le programme de formation, et quelles aides de financement peuvent l’accompagner ».

Les seniors peuvent tenter leur chance

Thierry se présente justement au pôle de formation. Un employeur potentiel lui a fait remarquer qu’il pouvait faire l’affaire mais qu’il avait des lacunes en anglais, une langue indispensable quand on est au contact des touristes. Thierry, âgé de 50 ans, présente un parcours atypique : « j’ai été cadre pendant pas mal d’années, actuellement je travaille comme comédien, et j’essaye de compléter avec des actions ponctuelles dans d’autres métiers. J’ai déjà travaillé en brasserie ». 

Plusieurs seniors comme lui tentent leur chance à ce rendez-vous avec des employeurs, et leur âge n’est pas ce qui importe le plus, selon le président du Club hôtelier Dijon-Bourgogne : « aujourd’hui, dans beaucoup de nos entreprises, la moyenne d’âge n’est pas aux alentours de 22, 23 ou 25 ans, mais dans certains de nos services, elle tourne autour de 40 à 50 ans, donc on est, je pense, l’un des rares métiers qui aujourd’hui engage des seniors ».

Le secteur de l'hôtellerie-restauration, c'est vraiment un ascenseur social

Laetitia Moguen, manageure conseil en formation à l'Agence pour la formation professionnelle des adultes va même plus loin : « le secteur de l’hôtellerie-restauration, c’est vraiment un ascenseur social. Même si on a quitté l’école pour quelque raison que ce soit, et puis qu’on est allé dans différents secteurs, on peut y venir assez aisément ».

Dans les établissements éloignés des villes, il n'est pas toujours simple de faire se déplacer du personnel. Stéphanie Billet, du château de Saulon-la-Rue, propose une solution : « _on met en place des propositions d’hébergement_, pour les personnes qu’on va recruter. On loue des maisons dans le village. »  Cette année, le château de Saulon recrute à la réception, au restaurant, aussi bien en partie cuisines qu'en salle, ainsi que pour la partie hébergement.

En 2018, en Bourgogne-Franche-Comté,  les employeurs de l'hôtellerie-restauration estimaient qu'ils avaient du mal à pourvoir 59% des postes.