Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Loirétain lance sa gamme de parfums 100% naturels et éco-responsables

-
Par , France Bleu Orléans

Après avoir travaillé pendant 15 ans pour un géant international des cosmétiques, Emmanuel Roche s'est lancé à son compte pour créer AEMIUM, une gamme de sept parfums 100% naturels, aux emballages éco-responsables. Des produits encore rares dans l'industrie des cosmétiques de luxe.

Emmanuel Roche a créé seul sa marque de parfums naturels
Emmanuel Roche a créé seul sa marque de parfums naturels © Radio France - Cécile Da Costa

Emmanuel Roche connait bien l'industrie des parfums de luxe. Il a travaillé pendant 15 ans pour Shiseido, un géant japonais de cosmétiques et produits de luxe. Dans leur usine de Gien, il y était responsable du développement et de la production. En 2018, le Loirétain plaque tout pour se lancer à son compte.

Sur ce marché, il n'y a pas de produits vraiment éco-reponsables

"C'était un peu le projet de mes rêves, qui me correspondait", raconte l'entrepreneur de 45 ans. Pour lui, le déclic s'est fait sur deux constats : "je trouve que sur ce marché, il n'y a pas de produits vraiment éco-responsables, au contraire. Je me suis aussi rendu compte que les clients avaient tendance à ne pas mettre le parfum sur leur peau, mais plutôt sur leurs vêtements, par manque de confiance avec le produit".

Il crée alors AEMIUM, une marque de parfums de luxe composée d'ingrédients 100% naturels et aux emballages recyclables. La production, elle, est française : elle se fait dans un atelier de l'Oise. 

Dans l'industrie des parfums de luxe, les produits 100% naturels sont rares
Dans l'industrie des parfums de luxe, les produits 100% naturels sont rares © Radio France - Cécile Da Costa

"Il y a encore pas mal d'a priori sur le naturel", regrette-t-il. Les premiers portent sur la tenue des cosmétiques naturelles : "on pense que parce que c'est naturel, c'est léger. En réalité, ça tient extrêmement bien, c'est pour ça qu'on en rajoute dans les grands parfums". Souvent c'est aussi l'odeur qui, selon lui, est considérée comme trop basique : "on entend souvent dire que ça sent les huiles essentielles, les hespérides, la fleur d'oranger...".

Emmanuel Roche a alors fait appel à plusieurs nez, pour composer les parfums de sa gamme. "Comme je leur ai laissé carte blanche, on a pu partir dans une cinquantaine de pistes différentes et très complexes", poursuit le Loirétain.  Finalement, il opte pour sept parfums différents, tous unisexes. 

Des matières premières plus coûteuses

Pour lui, travailler avec des produits naturels n'est pas une contrainte, mais un gage de liberté. "Avec des matières premières naturelles, il faut accepter de se laisser porter et de se laisser surprendre", explique-t-il. "On ne peut pas être aussi contraignant qu'avec des produits de synthèse, c'est donc plus difficile de créer un parfum qui plaire à des millions de personnes." C'est une des raisons pour lesquelles, selon lui, l'industrie des parfums de luxe peine encore à se mettre au vert.

L'autre, c'est une question de coût. "Un extrait 100% naturel coûte deux fois, voire trois fois plus cher qu'un extrait de synthèse", détaille-t-il. "Pour ce qui est de l'alcool bio que j'utilise pour mes parfums, il coût quatre à cinq fois plus cher." 

Vente par internet

Du côté de l'emballage aussi, Emmanuel Roche ne fait aucun compromis. Pas de plastique, ni de cellophane. Le flacon est en verre et est rechargeable. Le capuchon, lui, est en aluminium. "Je préfère mettre le prix dans les matières premières que dans la communication et le marketing", ajoute-t-il. Le parfum à l'unité coûte 137 euros. "C'est un produit de niche et un produit de luxe", conçoit son créateur.

Ses produits se vendent donc essentiellement sur internet pour le moment : sur son site web et les réseaux sociaux. L'entrepreneur part aussi à la conquête des commerces, à Paris et Londres notamment, mais il espère pouvoir proposer ses produits à l'échelle locale

Choix de la station

À venir dansDanssecondess