Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Un message pro-gilets jaunes affiché sur un panneau publicitaire à La Seyne-sur-Mer

-
Par , , France Bleu Provence

Le gérant d'une entreprise d'affichage publicitaire a utilisé l'un de ses panneaux pour afficher en 4x3 ce message pro-gilets jaunes : "150 euros de plus par policier. Et nous ?". "Je suis libre" explique-t-il à France Bleu Provence.

Le gérant de la sociéte d'affichage publicitaire MACI a utilisé l'un de ses panneaux pour diffuser ce message à la Seyne-sur-Mer
Le gérant de la sociéte d'affichage publicitaire MACI a utilisé l'un de ses panneaux pour diffuser ce message à la Seyne-sur-Mer © Radio France - David Aussillou

La Seyne-sur-Mer, France

Michel-Ange Flori a décidé d'utiliser l'un de ses panneaux publicitaires situé à un carrefour à La Seyne-sur-Mer (Var) sur la départementale 559, pour afficher en 4 par 3 ce message : "150 euros de plus par policier. Et nous ? La matraque dans la gueule ?" en lettres capitales jaunes sur fond noir a constaté France Bleu Provence. 

Michel-Ange Flori qui avait déjà fait parler de lui pour avoir appelé au rétablissement de la peine de mort pour les terroristes après les attentats du 13 novembre de Paris et ceux de Bruxelles en mars 2016, constate que "les syndicats de policiers (ont) plus de pouvoir que n'importe quel employé. En menaçant de fermer les commissariats, ils ont obtenu 150 euros d'augmentation. C'est insultant pour les gens qui le 5 du mois n'ont plus rien dans le frigo".

Ce gérant de l'entreprise d'affichage MACI revendique "le fait d'utiliser (son) média pour diffuser (ses) opinions" et affirme n'avoir "aucune étiquette politique". Après la diffusion d'un message polémique après les attentats de Paris, le maire de La Seyne-sur-Mer avait saisi le procureur de la République de Toulon qui avait estimé qu'"il n'y (avait) pas d'infraction caractérisée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu