Économie – Social

Un militant pour le droit au logement interrompt le conseil municipal de Metz

Par Armêl Balogog, France Bleu Lorraine Nord jeudi 27 octobre 2016 à 16:46

Le militant pour le droit au logement a interrompu le conseil municipal de Metz.
Le militant pour le droit au logement a interrompu le conseil municipal de Metz. © Radio France - Armêl Balogog

Des membres du collectif mosellan de lutte contre la misère ont manifesté ce jeudi après-midi pendant le conseil municipal de Metz. Un militant a interrompu la séance par des interpellations au maire, avant d'être évacué. Ils demandent la réquisition de logements vides pour les sans-abri.

Scène surprenante ce jeudi après-midi, peu après le début du conseil municipal de Metz. Des membres du collectif mosellan de lutte contre la misère ont manifesté en brandissant des affichettes pour le droit au logement. L'un de leurs soutiens, le militant et journaliste indépendant Franck Depretz, a carrément interrompu les débats en interpellant le maire, Dominique Gros, et les conseillers municipaux. Il brandissait également un tableau dessiné par des enfants du camp de réfugiés de Blida, déplacé sur un ancien parking au mois de septembre et qui pourrait être évacué définitivement d'ici le 15 novembre.

Vous parlez de développement durable et solidaire et vous pouvez dormir, malgré l'image des enfants qui dorment dans la boue ?!" - Franck Depretz

Tous les militants ont été évacués par la police municipale et sont restés devant l'hôtel de ville.

Le collectif mosellan de lutte contre la misère manifeste depuis deux semaines, chaque samedi, devant la mairie pour dénoncer la situation du mal logement à Metz. Les militants affirment qu'il y a 460 personnes à la rue et 7.500 logements vides. Ils réclament la réquisition de ces logements.

Le camp de Blida bientôt évacué

Plus tard, au cours du conseil municipal, le maire Dominique Gros a indiqué qu'il avait rencontré le préfet de Moselle le matin même et que celui-ci s'était engagé sur l'évacuation du camp de migrants de Metz, d'ici le 15 novembre. Les occupants, 327 personnes originaires des Balkans, dont un tiers d'enfants, seront relogés.

Partager sur :