Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Déjà près de 400 clients pour le premier supermarché coopératif de Saint-Étienne

Le premier supermarché coopératif de Saint-Étienne, la Fourmilière, fête son premier mois d'existence. Le magasin qui compte près de 400 coopérateurs, recherche encore des fonds par le biais d'un financement participatif.

À la Fourmilière, ce sont les coopérateurs qui tiennent la caisse.
À la Fourmilière, ce sont les coopérateurs qui tiennent la caisse. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

La Fourmilière fête son premier mois d'existence à Saint-Étienne. La Fourmilière, c'est le premier supermarché coopératif stéphanois. Il a ouvert début avril à Bellevue, au 19 rue Nicolas-Chaize, dans un ancien atelier de tissage.

Valérie fait partie des 380 coopérateurs qui ont rejoint le projet. Elle a été séduite par "la démarche humaine, sympa" et parce que la Fourmilière rend "accessible au plus grand nombre des produits de qualité". La jeune femme, qui vit à Saint-Just-Saint-Rambert, s'occupe aujourd'hui de passer les commandes de fruits et légumes pour les prochains jours. Comme les autres "fourmis" - le surnom des coopérateurs du supermarché - elle donne au moins trois heures par mois de son temps pour aider à la tenue du magasin. 

Marge unique sur tous les produits

Car les clients du supermarché sont aussi ceux qui le font vivre. "Pour venir faire ses courses au supermarché, il faut être coopérateur, c'est-à-dire qu'il faut acquérir des parts sociales, c'est le premier pilier de l'engagement", explique la responsable du supermarché, Chloé Singer. Le deuxième engagement, c'est s'engager à donner du temps pour "tenir la caisse, faire la mise en rayons, toutes les tâches relatives à la tenue du magasin", ajoute la responsable. 

Dans les rayons du supermarché plus de 300 m2, il y a des produits secs, vendus en vrac pour certains. Mais aussi des produits frais : viande, fromage, épicerie fraîche, ainsi que des fruits et légumes. Pour s'approvisionner, la Fourmilière privilégie les filières courtes, elle travaille avec l'association De la ferme au quartier, mais aussi directement avec certains producteurs. Et avec des grossistes pour les produits non-alimentaires (hygiène et entretien). Tous les produits proposés ne sont pas bio, "pour que chacun s'y retrouve", précise Chloé Singer.

Financement participatif

Les prix pratiqués sont 25 à 30% moins chers que la normale, selon les observations des coopérateurs de la Fourmilière. La responsable, Chloé Singer, explique qu'une marge unique de 20% est appliquée, afin de régler les frais de fonctionnement du supermarché (loyer, électricité, le salaire de l'unique employée) et les emprunts contractés par les instigateurs du projet. Un financement participatif est d'ailleurs toujours en cours. 

La Fourmilière, 19 rue Nicolas-Chaize à Saint-Étienne. Pour connaître les horaires d'ouverture et les informations sur le concept, l'adhésion, les prochains rendez-vous : cliquez ici