Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un mouvement d’ampleur en préparation dans l’Education nationale ?

-
Par , , France Bleu RCFM

La crise couve-t-elle dans l’Education nationale ? Un grondement s’échappe des salles de classe. Les enseignants font état de leur mal-être. Ils sont au bord de l’explosion.

Un mouvement d’ampleur en préparation dans l’Education nationale ?
Un mouvement d’ampleur en préparation dans l’Education nationale ? © Maxppp -

Corse, France

Le malaise dans l'Education nationale une semaine après le suicide d'une enseignante, directrice d'une école primaire à Pantin.  Elle a mis fin à ses jours dans son école, dénonçant dans un courrier les tensions, les pressions de sa hiérarchie. Un malaise palpable aussi en Corse, selon le SNUIPP / FSU qui parle de détérioration des conditions de travail, d'incessantes prescriptions ministérielles, de manque de soutien, de formation quasi-inexistante. 

Les personnels "fliqués"

Fabien Mineo, son représentant pour la Haute-Corse, a alerté l'inspection académique : « les collègues, dans leur ensemble, et plus particulièrement les directeurs d’écoles en ont assez des injonctions quotidiennes. Nous en arrivons au stade où nous n’avons plus le temps de faire notre travail.  Ça descend pyramidalement du ministère. Il y a des enquêtes quasi quotidiennes à faire. Cela s’apparente pratiquement à du « flicage », je n’ai pas peur de le dire ». 

Fabien Mineo (SNUIPP - FSU) : "Nous sommes fliqués, je n'ai pas peur de le dire"

Les organisations syndicales ont demandé aux autorités de « calmer » le jeu. Et n’écartent pas la possibilité d’un mouvement d’ampleur si elles ne sont pas entendues. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu