Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un nouveau retard à prévoir pour l'EPR de Flamanville

jeudi 11 avril 2019 à 17:23 Par Anthony Raimbault, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu

Un groupe d’experts de l’Autorité de Sûreté Nucléaire estime qu’EDF ne peut pas laisser en état les soudures non-conformes du réacteur. Cela renforce l’hypothèse d’un nouveau retard au démarrage pour l’EPR.

Le réacteur nucléaire EPR en cours de construction à Flamanville (Manche)
Le réacteur nucléaire EPR en cours de construction à Flamanville (Manche) © Radio France - Benoit Martin

Le dernier calendrier d’EDF pour le lancement de l’EPR de Flamanville pourrait très vite être caduc. L’électricien prévoit toujours de charger le combustible nucléaire à la fin de l’année, mais les conclusions d’un groupe d’experts de l’ASN vont dans le sens d’un nouveau retard. 

Au cœur des débats, les soudures non-conformes découvertes l’an dernier sur le réacteur. EDF estime que huit soudures, difficilement accessibles, n’ont pas besoin d’être reprises. Les experts pensent le contraire. Selon eux, EDF ne peut pas laisser ces soudures en l’état

L'ASN a le dernier mot

Ces experts ne rendent qu’un avis. L’Autorité de Sûreté Nucléaire tranchera d’ici le mois de juin. Ce rapport conforte néanmoins l’hypothèse d’un énième report du démarrage de l’EPR, comme l’a laissé entendre le ministre de l’économie la semaine dernière. 

Pour rappel, l’EPR de Flamanville devait – au départ – démarrer en 2012. Son coût a depuis plus que triplé. La facture pourrait s’alourdir confirme ce jeudi soir EDF dans un communiqué.  

Yannick Rousselet : "le chantier n'a plus de sens"

Le cherbourgeois Yannick Rousselet,  chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace, assistait à la réunion du groupe d'experts de l'ASN. Il réclame aujourd'hui l'arrêt définitif du chantier de l'EPR de Flamanville. 

"Ces réparations des soudures vont amener à prendre des risques. EDF n'a pas caché le fait que ces opérations endommagent le réacteur avec des conséquences sur la sûreté. Ce projet a déjà coûté horriblement cher. Il est temps d'arrêter les frais. Le chantier n'a plus de sens. EDF aujourd'hui est incompétente pour construire et incompétente pour les contrôles." 

Un démarrage au plus tôt en 2021 ? 

Selon Yannick Rousselet, les conclusions des experts repoussent forcément le démarrage de l'EPR : 

"Rien que les études et les validations, c'est un an ou un an et demi puis les travaux entre un an et un an et demi. Un démarrage en 2021 ou 2022, c'est le chiffre que tout  le monde a en tête maintenant. En tout cas celui qu'on entend dans les couloirs de l'ASN"