Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un premier rendez-vous à Bercy plutôt positif pour défendre les 161 salariés de l'usine Sandvik de Fondettes

mardi 30 octobre 2018 à 18:53 Par François Desplans, France Bleu Touraine

Mardi dernier, les 161 salariés de l'entreprise Sandvik apprennent que leur site de Fondettes va fermer d'ici fin 2019. Une semaine plus tard, une délégation d'élus tourangeaux accompagnée d'un des délégués du personnel était reçue à Bercy au Ministère de l'Economie pour défendre les salariés.

Les élus tourangeaux accompagné d'un délégué du personnel de l'usine Sandvik réunis autour de la Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances
Les élus tourangeaux accompagné d'un délégué du personnel de l'usine Sandvik réunis autour de la Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances - © page Facebook Sabine Thillaye

Fondettes, France

C'était le premier rendez-vous à Bercy, mais sûrement pas le dernier. Ce mardi matin, à 11h, une délégation d'élus tourangeaux était reçue au ministère de l'Economie et des Finances pour défendre l'avenir des 161 salariés de l'entreprise Sandvik à Fondettes. Spécialisée dans les outils coupants et les plaquettes pour l'automobile et l'aéronautique, l'usine fondettoise du groupe suédois doit fermer d'ici la fin 2019. Vraisemblablement dès le printemps prochain. 

Autour de la table, la Secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher mais aussi le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises ont écouté pendant une heure la délégation tourangelle. Étaient présents un délégué du personnel du site Sandvik de Fondettes, et des élus. Le maire de la ville Cédric de Oliveira, deux députés Sabine Thillaye et Philippe Chalumeau, mais aussi Thibaut Coulon de la Métropole de Tours ou encore Guy de Brantes le président des maires ruraux d'Indre-et-Loire. 

Un premier rendez-vous jugé positif

Première indication rassurante, à Bercy, on connait bien le dossier Sandvik et le ministère promet d'accompagner et de défendre les intérêts des 161 salariés. Avec une première priorité, trouver un repreneur. Ensuite, il faudra négocier le meilleur plan de sauvegarde de l'emploi possible pour tous ceux qui ne seraient pas gardés par l'éventuel repreneur. Plan de reclassement, formations, indemnités, pas question d'avoir un plan social au rabais. 

Les élus demandent le remboursement des cinq millions d'euros d'aides publiques versées au groupe Sandvik

C'est la moindre des choses disent les élus alors que les collectivités locales ont versé plusieurs millions d'euros pour pérenniser le site de Fondettes et ses 161 emplois. La Métropole de Tours a ainsi contribué à la construction du bâtiment de recherche et développement pour plus d'un million d'euros. Région et Département ont eux versé chacun plus d'un million d'euros également pour l'achat de plusieurs machines. Quant à l'Université de Tours, elle a conclu un partenariat de recherche avec le groupe Suédois à hauteur de plus de deux millions d'euros. Des millions d'euros d'argent public qui doivent maintenant être remboursés. C'est en tout cas ce qu'exigent les élus tourangeaux.