Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un projet moins polémique sur l'ancienne friche SNCF de Longueau dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie

Deux entreprises veulent racheter l'ancienne friche SNCF de Longueau, dans l'agglomération d'Amiens. Leur projet de centre de formation transport et logistique et d'agence du bâtiment est présenté aux habitants. Il apparaît beaucoup moins polémique que le précédent porté par une usine de bitume.

Illustration - l'ancienne friche est située le long des voies
Illustration - l'ancienne friche est située le long des voies © Maxppp - Jean-Marc Quinet

Longueau, France

C'est un projet à priori beaucoup moins polémique que le précédent sur l'ancienne friche SNCF à Longueau dans la métropole d'Amiens. Présenté ce mardi aux habitants qui s'étaient mobilisés il y a un an contre l'arrivée d'une usine de bitume sur cet espace d'une dizaine d'hectares le long des voies ferroviaires, il est cette fois porté par deux entreprises qui veulent y implanter un centre de formation et une agence du bâtiment.

Un terrain à partager en deux

D'un côté, il y a Aftral, un organisme de formation du transport et de la logistique, déjà présent sur la zone industrielle nord d'Amiens. De l'autre, il y a le groupe amiénois de travaux publics Lhotellier. Ces deux groupes veulent racheter et se partager cette friche qui appartient à la SNCF. 

Si le projet aboutit, le premier réhabilitera et occupera un ancien bâtiment de la SNCF pour y former plus de 200 conducteurs de chariot de manutention et autres engins. Aftral se positionne aussi sur l'ex cantine de la compagnie ferroviaire pour y implanter des bureaux où travailleront trente salariés. 

Éviter le passage intensif de camions dans le centre-ville

Sur l'autre partie du site, Lhotellier veut profiter de la réouverture d'une voie pour installer une zone pour décharger du matériel ou des gravats arrivant pas train. A cet endroit, les camions auraient un accès direct à la rocade sans passer par le centre ville comme c'est le cas avec l'actuelle zone de déchargement située près du pont de l'Arve. Longueau pourrait ainsi s'éviter jusqu'à 2.000 passages de camions par an dans l'avenue Henri Barbusse. 

Les deux entreprises ont déjà présenté le projet aux élus de Longueau lundi soir. Pour Colette Finet, maire communiste de la ville c'est un projet "sans nuisance. Les camions ne transiteront pas non plus par la rue Lucette-Bonard", précise l'élue qui indique qu'il y aura tout de même une haie anti bruit le long de cette artère pour "végétaliser et ne pas avoir une vue directe sur l'ancienne friche réhabilitée". 

Après avoir été présenté aux habitants, le projet mené par Aftral et Lhotellier sera soumis au vote du conseil municipal de Longueau au début du mois de juin.