Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un recours en justice contre la fermeture des salles de sport dans la Drôme ?

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les gérants de salles de sport haussent le ton. Ils ne comprennent pas la décision de fermer leurs établissements pendant la durée du couvre-feu. La justice a été saisie dans une dizaine de départements. Un recours est également envisagé dans la Drôme.

La salle de sport "Studio Form" à Mercurol, dans la Drôme.
La salle de sport "Studio Form" à Mercurol, dans la Drôme. © Radio France - Sonia Ghobri

Les tapis, les poids, les haltères sont empilés, rangés sur les étagères. Karine Brun, la gérante du club  "Studio Form" à Mercurol (Drôme) ne reconnaît pas sa salle de sport. "Il n'y a pas de bruit, personne ne pédale, il n'y pas de commentaires sur le sport. Je dirais même que ... que l'odeur de la transpiration me manque... Ce sont des gens volontaires, ils prennent soin d'eux mais ils ne sont pas là". Elle contient difficilement ses larmes. "Lorsque j'ai lancé mon entreprise il y a 14 ans, je n'avais pas grand-chose, si ce n'est mon mental. Je suis partie de zéro et ça me fait mal au cœur de voir tout ça partir en fumée parce des personnes, qui ne connaissent rien à notre métier, ont pris cette décision"

Un slogan : "touche pas à ma salle de sport" 

Partagée entre inquiétude, colère et incompréhension, Karine Brun a lancé une page sur Facebook "Touche pas à ma salle". Un slogan déjà partagé dans toute la France par d'autres patrons de clubs de sport, de coachs pour exprimer leur mécontentement. _"_Nous sommes considérés comme le problème alors que nous faisons partie de la solution face au Covid : faire du sport renforce les défenses immunitaires", insiste la coach sportive. 

Baisse des abonnements 

Cette nouvelle fermeture des salles de sport tombe au plus mal, en pleine période des réabonnements. "Certains de mes adhérents arrêtent leur contrat, pas parce qu'ils ont peur d'être contaminés, mais parce qu'ils ont peur d'une fermeture définitive. J'ai à peu près 350 abonnés, c'est un petit club de village. Mais je constate une perte de 25% des abonnements".

Karine Brun estime avoir perdu 30% de son chiffre d'affaires depuis mars. Cette perte est d'autant plus difficile à accepter, qu'elle estime que la décision de fermer les salles de sport est infondée. "Nous respectons le protocole sanitaire depuis le début. Nous, gérants de salles de sports, sommes responsables ! Le Premier ministre estime que nos salles sont des lieux à risque. Je demande : sur quels chiffres s'appuie-t-il pour demander une fermeture générale de tous les clubs de remise en forme ? "

Les salles de sport, lieux de contaminations ? 

La gérante ne nie pas l'épidémie en elle-même, et qu'il puisse y avoir des contaminations dans les salles de sport mais selon elle il faut remettre les chiffres en perspective. Karine Brun cite France active, l'organisation professionnelle représentant les entreprises des activités physiques de loisirs , qui indique : "Les clubs de fitness ne sont pas des lieux à risque. Des études menées en Angleterre (UKActive) et en Espagne (Vivagym Group) montrent que _le taux de contamination dans les clubs de sport est inférieur 0,5 pour 100 000 visites_".

Un recours en justice envisagé

Le 1er octobre dernier, le juge des référés au tribunal administratif de Rennes a suspendu l'arrêté préfectoral estimant qu'en "l’état des données et informations soumises au tribunal, les salles de sport ne pouvaient pas être considérées comme des lieux de propagation active du virus Covid-19 ". Karine Brun et d'autres gérants drômois envisagent eux-aussi de saisir la justice, en espérant également obtenir gain de cause. Mais rien n'est gagné : des recours ont été déposés dans une dizaine de villes. Les collectifs de gérants de salles de sport ont été déboutés dans la plupart d'entre elles, comme dans le Puy-de-Dôme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess