Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un restaurateur mosellan en guerre contre l'administration pour deux panneaux publicitaires

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Pascal Rodondi, gérant du seul commerce de Hunting, doit 20 000 euros au Trésor public. Une amende qu'il avait reçue en 2017 pour avoir installé deux panneaux publicitaires près d'une route, afin d'attirer les clients. Ce que la loi interdisait, avant qu'elle ne soit modifiée.

Pascal Rodondi, gérant du Café Flamm à Hunting, le 27 février 2020.
Pascal Rodondi, gérant du Café Flamm à Hunting, le 27 février 2020. © Radio France - Romain Dézèque

C'est un combat qu'il mène depuis plus de deux ans maintenant, combat que France Bleu Lorraine avait raconté à l'époque. Pascal Rodondi, gérant du Café Flamm à Hunting, doit 20 000 euros à l'administration en raison de panneaux publicitaires - des pré-enseignes - installés aux abord d'une route, son restaurant étant un peu à l'écart. La faute à la loi Grenelle II qui interdisait ce genre d'enseignes, en raison de leur pollution visuelle. 

Un problème législatif

Des députés, interpellés notamment par les professionnels de la restauration, ont proposé d'accorder une dérogation aux commerces locaux. Dérogation...retoquée par le Conseil constitutionnel ! Une nouvelle proposition de loi a été déposée en mai 2019 par des parlementaires, permettant aux restaurants qui font du "fait maison" de pouvoir installer ce genre de panneaux. Seulement, comme l'indique le site du Sénat, le texte n'est pas encore définitivement adopté... 

En contradiction avec la politique du gouvernement

Durant tout ce parcours législatif, Pascal Rodondi a multiplié les démarches pour tenter de faire comprendre à l'administration que cette amende allait entraîner de grandes difficultés pour son établissement, le seul de sa commune. En 2019, il a été débouté devant le tribunal administratif de Strasbourg, il s'est donc redirigé vers la Cour d'appel administrative de Nancy qui n'a pas encore statué. Entre-temps, il a été contacté fin janvier par un huissier pour le règlement de l'amende.

Agacé et un peu désespéré par ce qu'il décrit comme du "harcèlement", le restaurateur a écrit cette semaine à Édouard Philippe, qui s'est déplacé la semaine dernière dans les Vosges afin de promouvoir son "agenda rural", censé redynamiser les campagnes. "Quand je lis le premier article, il est écrit "soutenir les petits commerces et les lieux de convivialité", dans le deuxième article, "lutter contre la disparition des petits commerces dans les villages", donc là... je ne sais pas mais on se fout de moi !" tempête Pascal Rodondi.

Le restaurateur ne comprend pas cette contradiction, dénonçant "une administration obtuse qui ne regarde pas la situation". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess