Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un retour timide du tourisme en Alsace

Après trois mois d'arrêt total, le secteur du tourisme repart peu à peu en Alsace. Les réservations sont de retour, les professionnels parlent d'un "frémissement" mais beaucoup de vacanciers identifient encore la région au berceau de l'épidémie du coronavirus.

Le coronavirus fait fuir les touristes, ce couple en visite à Strasbourg est seul sur un bateau de 140 places.
Le coronavirus fait fuir les touristes, ce couple en visite à Strasbourg est seul sur un bateau de 140 places. © Radio France - Julien Penot

Le flot des premières réservations arrive sur la pointe des pieds en Alsace. La région est maintenant passée au vert sur la carte du déconfinement, fini la limite des 100 km, mais le secteur sait que la saison, elle, sera rouge pour le secteur du tourisme.

Un frémissement des réservations dans les hôtels

"Sur Rhône-Alpes, Provence, Côte-d'Azur ou Île-de-France, on remarque une reprise. En Alsace, c'est encore un frémissement", décrit Pierre Siegel, président du syndicat hôtelier à Strasbourg. 

A Mulhouse, Agnès Kuenemann, gérante de l'hôtel Salvator et ses 49 chambres, ne se fait pas d'illusion : "Si je fais 30 à 40% de remplissage je serai déjà contente...

Même si tout redémarre à fond, rattraper ces trois mois d'inactivité parait peu probable" - Marc Lévy, directeur général de l'agence Alsace Destination Tourisme

Des chambres vides et des activités touristiques quasiment fantômes. La Cathédrale de Strasbourg est à flux réduit,  les portes du château du Haut-Koenigsbourg restent closes. 

De son côté, Batorama, une agence d'excursions en bateau à Strasbourg, sait que la saison 2020 sera très calme. "Sur une année, on est à environs 800 000 passagers, là, si on arrive à faire 25%, cela sera déjà bien", estime Dylan Penincq, capitaine de l'une des neuf embarcations. Illustration du phénomène lors d'un des départs, seulement deux places sont occupées sur les 140. Les offices de tourisme de Strasbourg, Mulhouse et Colmar ont du mal à se projeter sur la fréquentation touristique. Seule certitude, l'Alsace n'atteindra pas ses quelques 23 millions de visiteurs habituels sur l'année.

Regagner la confiance des touristes

Le coronavirus a frappé l'Alsace dans les hôpitaux et dans les esprits. Si bien que beaucoup de vacanciers associent toujours la région à un foyer épidémique. "Les gens ont peur d'aller à Mulhouse, en se disant que c'est une zone sinistrée parce qu'il y a eu beaucoup de malades", regrette Agnès Kuenemann. 

Pour combattre cette réputation, l'agence Alsace destination tourisme s'apprête à lancer mi-juin une vaste opération de communication. "L'idée est de basculer cette image, en misant sur la qualité sanitaire des hébergements, de la table, déclare son directeur général, Marc Lévy, il faut s'adapter, mettre en avant les grands espaces et les milieux naturels". 

Selon lui, les pertes se chiffrent déjà à plusieurs centaines de milliers d'euros et la consommation va chuter de 30% sur l'année. Le secteur touristique espère notamment la réouverture de la frontière franco-allemande, prévue mi-juin, pour attirer de nouveaux touristes. En 2019, 36% des étrangers venus en Alsace étaient Allemands selon l'agence régionale du tourisme Grand-Est. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess