Économie – Social

Un revers pour le projet de zone commerciale L'Envol à Montélimar

Par Nathalie Rodrigues et Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 27 janvier 2017 à 20:54

Projet de zone commerciale au Nord de Montélimar - Schéma SODEC
Projet de zone commerciale au Nord de Montélimar - Schéma SODEC - DR

Après enquête publique, le commissaire enquêteur vient de rendre un avis défavorable sur l'Envol. Ce projet prévoit l'installation d'une zone ludo-commerciale de 65 000 m² au Nord de Montélimar (Drôme).

"Surdimensionné, destructeur d’espaces naturels et agricoles, ayant un fort impact négatif sur le commerce alentours, ne remplissant pas l’un des rôles pour lequel il a été conçu, le rééquilibrage Nord Sud de l’offre commerciale sur l’Agglomération" : dans son avis rendu ce vendredi, le commissaire enquêteur multiplie les arguments et conclut "le projet ne nous apparaît pas comme étant d’intérêt public".

Avis défavorable donc pour cette zone ludo-commerciale au Nord de Montélimar appelée l'Envol. Elle prévoit d'accueillir, sur 65 000 mètres carrés, une grande surface, une enseigne de bricolage, une enseigne culturelle, des commerces, des restaurants, un cinéma, un bowling, un hôtel, un lac artificiel, etc.

Les opposants au projet crient victoire

Le Président de 600 commerces, Fabrice Zangla, entouré de ses avocats et d'autres membres de l'association - Radio France
Le Président de 600 commerces, Fabrice Zangla, entouré de ses avocats et d'autres membres de l'association © Radio France - Mélanie Tournadre

Les opposants au projet, notamment les commerçants du centre ville de Montélimar, se réjouissent de l'avis rendu par le commissaire enquêteur.

"On est très très très heureux ! Le bon sens est là, c’est ce qu’on dit depuis deux ans. On espère pouvoir discuter avec la municipalité et qu’elle se rende enfin compte que ce projet est ubuesque et aberrant"
— Fabrice Zangla, le président de l'association 600 commerces

Pour leurs avocats, cet avis signe quasiment la mort du projet en l'état : "des avis défavorables aussi tranchés, j’en ai vu peu dans ma carrière. On ne voit pas comment le Préfet pourrait donner un avis favorable. Si la Sodec fait de grosses modifications à son projet, il faudra refaire une enquête publique et en rediscuter" déclare Me Gilles Rigoulot.

Franck Reynier minimise la portée de cet avis défavorable

L'aménageur de la zone, la Sodec, a trois mois pour réargumenter son projet, voire faire des modifications. Le Préfet a lui un an pour trancher définitivement et dire s'il autorise la construction de ce complexe ludo-commercial. Franck Reynier, le président de Montélimar Agglomération qui a initié ce projet, s'affiche comme non découragé : "il va y avoir débat contradictoire et le Préfet rendra sa décision. On ne peut pas prendre comme quelque chose d'acté et de définitif un avis qui est celui d'une personne, même si elle est tout à fait respectable".

Pour l'association "600 commerces" c'est une victoire ; pour Franck Reynier le projet est loin d'être stoppé.