Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une nouvelle aide pour les centres équestres touchés par la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Les centres équestres et les poneys clubs touchés en novembre dernier par les conséquences des mesures sanitaires vont pouvoir souffler un peu : une aide financière vient d'être votée.

Pour bénéficier d'une nouvelle aide les centres équestres doivent se faire connaître avant le 30 avril
Pour bénéficier d'une nouvelle aide les centres équestres doivent se faire connaître avant le 30 avril - Manche Tourisme

C'est une aide qui doit être demandée par les centres équestres et poneys clubs avant le 30 avril prochain. Un montant forfaitaire de 60 euros dans la limite des 30 premiers équidés. C'est la troisième aide accordée aux centres équestres en un an pour des structures qui ont été fermées en tout trois mois en 2020. Et entre cette nouvelle aide qui tombe du ciel et les vacances de printemps qui démarrent, c'est plutôt une bonne nouvelle car depuis un an, ces structures, qui en temps ordinaire accueillent du public, sont en souffrance. Peu de rentrées d'argent et beaucoup de charges à assurer malgré tout, comme nourrir et soigner les poneys et les chevaux. Laurence Taja dirige à Tollevast les "Etriers Cherbourgeois" depuis 1991 "avant même de me lever le matin je sais que mes 80 chevaux et poneys ont déjà mangé pour plus de 150 euros de granulés et des kilos de foin."

Une troisième aide en un an qui est la bienvenue 

Ces aides en pleine crise sanitaire c'est un appel d'air pour Laurence Taja, qui fait les comptes : "J'ai touché 3.600 euros d'aide la première fois en mars dernier puis 10.000 euros en novembre et aujourd'hui je devrais bénéficier autour de 4.000 euros. Ca ne remboursera pas le Prêt Garanti par l'Etat de 35.000 euros que j'ai souscrit mais c'est mieux que rien." Mais surtout Laurence Taja bénit le ciel et la filière d'avoir su maintenir l'activité car si les licenciés ont besoin des centres équestres, les centres équestres ont aussi besoin des licenciés. "Heureusement que l'on a pu poursuivre notre activité entre ces trois mois de fermeture en 2020 car on a besoin des licenciés. Ils nous aident à prendre soin des chevaux et à les sortir. On ne pourrait pas le faire tout seul. C'est un travail énorme. un cheval a besoin de sortir au moins une fois par jour sinon ça s'apparente à de la maltraitance."   

La demande d'aide doit être adressée par les centres équestres avant le 30 avril à l'Institut français du cheval et de l'équitation 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess