Économie – Social

Une ancienne salariée du groupe Trêves demande qu'on l'emprisonne à la maison d'arrêt de Reims

Par Monique Derrien, France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 19 mars 2014 à 19:06

Véronique Tuffin devant la maison d'arrêt de Reims
Véronique Tuffin devant la maison d'arrêt de Reims © Radio France - Monique Derrien

Christine Tuffin est venue frapper à la porte de la maison d'arrêt de Reims pour y être incarcérée faute de pouvoir rembourser les indemnités qu'elle aurait indûment perçues de son ex employeur .Mais sa démarche symbolique n'a pas été suivie des faits.

Christine Tuffin voulait symboliquement protester  contre une arrêt de la Cour de Cassation  qui l'oblige à rembourser des dommages interêts que son ancien  employeur avait  été contraint de lui verser.

L'usine PTPM d'AY, dans la Marne, a été fermée par le groupe Trêves  en juin 2010, malgré les 55 millions d'aides publiques qui lui ont été versés.Les salariés ont du s'incliner aprés des années de lutte.Mais ils avaient obtenu le versement d'arriérés de salaires assortis de dommages et interêt  indument  perçus selon un arret de la Cour ce Cassationi.

Voilà pourquoi une demi douzaine des anciens salariés de PTPM ont accompagné Christine Tuffin dans sa démarche symbolique  devant la maison d'Arrêt de Reims .Mais le directeur adjoint  de l'établissement lui en a refusé l'accés.

Reportage devant la maison d'arrêt de Reims : 

PTPM Indemnités

Martine Boulanger  est une ancienne salariée de PTPM... et comme les autres, elle est dans l'incapacité de rembourser ce qui lui a été versé : 

PTPM Indemnités 2

 

Partager sur :