Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Retraites : une assemblée générale interprofessionnelle et intersyndicale après la manif à Lens

-
Par , France Bleu Nord

Ils étaient plus d'un millier à défiler dans les rues de Lens ce mardi matin. Mais pour que le mouvement ne s'essouffle pas, une assemblée générale a ensuite rassemblé une petite centaine de manifestants, tous syndicats et toutes professions confondus.

Pour que le mouvement puisse durer et s'amplifier les grévistes du bassin-minier prônent le rassemblement
Pour que le mouvement puisse durer et s'amplifier les grévistes du bassin-minier prônent le rassemblement © Radio France - Claire Mesureur

Lens, France

"Il faut absolument décloisonner le mouvement", ils ont été plusieurs à prôner le rapprochement tant syndical que corporatiste. Dans la petite salle enseignants, cheminots, personnels de santé, ils étaient tous là pour envisager la suite à donner au mouvement. 

"En tout cas une chose est sûre, on le lâchera rien sur la réforme des retraites", et là encore ils sont unanimes. Les participants vont même plus loin en dénonçant l'ensemble de la politique sociale du gouvernement. "Tout le monde souffre, dit cette représentante du monde médical, dans le public comme dans le privé. Et ce n'est pas une malheureuse prime de 10 ou 15 euros par mois qui va changer nos vies ou augmenter le niveau de notre retraite".

"Il faut rallier les jeunes au mouvement" ajoute ce représentant de la Jeunesse Communiste. Et d'inciter les enseignants à entourer leurs élèves qui voudraient se mobiliser à leur tour, "parce-qu'après tout ils sont aussi concernés que nous tous même s'ils n'en ont pas encore conscience".

Et pour la suite?

Si tout le monde s'accorde à dire qu'il faut que tous les salariés restent solidaires sans vouloir défendre son propre régime, en revanche il est plus difficile de s'accorder sur la forme à donner à la suite du mouvement. "Il faut s'inspirer du mouvement des gilets jaunes, avance un participant, si les participants à cette AG décidaient remonter l'A1 au pas, on aurait très vite un million de personnes derrière nous. Au plus fort de leur mouvement les gilets jaunes étaient 500 mille, nous on peut être beaucoup plus nombreux".

D'autres sont encore plus radicaux: "moi j'en ai marre de manifester, explique cette enseignante qui ajoute aussitôt, même si j'aime ces rassemblements où tout le monde va dans le même sens, il faut trouver d'autres formes d'action, et je ne vous cache pas que je serais même favorable aux actions violentes"! Et d'envisager de bloquer certains grands magasins lillois ou même des dépôts de pétrole "il faut qu'on arrête de passer pour de gentils enfants qui rentrent chez eux après la manif".

La jeune femme sait qu'elle ne fait pas l'unanimité avec ses propositions, mais à la fin de la réunion, tous les participants ont laissé leurs coordonnées afin de ne pas perdre le contact et d'envisager la suite du mouvement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu