Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une assistance juridique pour les travailleurs victimes du Covid-19 dans le Grand Est

5 avocats de Metz ont créé une association d'assistance juridique aux victimes du Covid-19 dans le Grand Est, notamment pour tous les travailleurs qui ne bénéficieront pas d'une reconnaissance automatique du coronavirus comme maladie professionnelle.

Des caissières portent un masque de protection le premier jour du confinement le 17 mars 2020 dans le supermarché Carrefour d'Avignon.
Des caissières portent un masque de protection le premier jour du confinement le 17 mars 2020 dans le supermarché Carrefour d'Avignon. © Radio France - Philippe Paupert

Soignants mais aussi policiers, livreurs, salariés de la grande distribution, éboueurs, et bien d'autres encore sont exposés directement dans leur travail au covid-19. Or le gouvernement a décidé mardi que seuls les personnels soignants bénéficieront d'une reconnaissance automatique du coronavirus comme maladie professionnelle. Pour tous les autres, il faudra faire des recours souvent longs, compliqués et aléatoires. 

Ce sont notamment pour eux que 5 avocats de Metz ont créé une association juridique des victimes du covid-19 dans le Grand Est, "l'une des régions les plus touchées par l'épidémie", rappelle Me Xavier Iochum. 

La loi d'indemnisation des maladies professionnelles "pas du tout adaptée"

Il faut combler un vide juridique disent ces avocats. La loi d'indemnisation des victimes d' accidents du travail et de maladies professionnelles a plus de 100 ans et pour en bénéficier dans le cadre du coronavirus, les travailleurs qui ne sont pas des soignants vont devoir batailler ferme explique Me Laurent Paté : "On s'est aperçu que la loi de 1898 n'était pas du tout adaptée à la situation que nous traversons et qu'il se pose des problèmes évidents de preuve d'imputabilité de la maladie au travail". 

Sans compter que cette loi exclut tous ceux qui ne sont pas salariés. Pour Me Vincent Guiso, "des millions de travailleurs sont envoyés au front, puisqu'il a été employé la terminologie de la guerre, et pour ceux qui tombent au front, il faut prévoir un élément de protection, un élement d'indemnisation". 

Un fonds d'indemnisation réclamé, comme pour l'amiante

Ils réclament donc un fonds d'indemnisation géré par l'Etat, comme pour les victimes de l'amiante. "C'est une question d'équité et de justice", concluent ces avocats. 

L'association Grand Est d’aide aux victimes du Covid-19 propose des permanences téléphoniques deux fois par semaine

  • Le mardi de 14h00 à 17h00 (06.86.80.32.29). 
  • Le jeudi de 15h00 à 18h00 (06.08.42.95.25).
Choix de la station

À venir dansDanssecondess