Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Riom : les ex-salariés de la Seita créent une association, première étape avant la SCOP

mardi 29 août 2017 à 19:09 Par Lauriane Havard, France Bleu Pays d'Auvergne

38 ex-salariés de la Seita de Riom se sont réunis en assemblée générale ce mardi matin pour créer "l'association pour la conservation de la filière tabacole française" (ACFTF).

Les anciens salariés de la Seita attentifs lors de la lecture des articles du projet associatif
Les anciens salariés de la Seita attentifs lors de la lecture des articles du projet associatif © Radio France - Lauriane Havard

Riom, France

La création de cette association c'est en fait la première pierre avant de reprendre l'activité en SCOP. Désormais, les anciens salariés de la Seita vont pouvoir mieux s'organiser. Ils ont élu neuf membres au conseil d'administration avec le syndicaliste Stéphane Allègre à la présidence. Cela va permettre aussi d'ouvrir un compte afin de pouvoir récolter des fonds. Ils envisagent de lancer prochainement une campagne de financement participatif.

A voter! L'un des ex-salariés met son bulletin dans l'urne pour élire les membres du CA - Radio France
A voter! L'un des ex-salariés met son bulletin dans l'urne pour élire les membres du CA © Radio France - Lauriane Havard

On est motivé, on continue le combat!

La constitution de cette association permet aussi aux salariés de voir que tout n'est pas perdu. "C'est un pas de plus" explique Selima, ancienne ouvrière à l'usine de tabac de Riom. "On se rend compte que des choses sont possibles alors on est motivé et on continue le combat!" ajoute t-elle. Et de la motivation ils vont en avoir besoin...

Un 3ème business plan présenté dans quinze jours

Après deux business plan retoqués par la direction anglaise d'Imperial Tobacco, l'expert comptable des anciens salariés de la Seita prépare un nouvelle mouture. Cette fois, ils vont revoir à la baisse le nombre d'emplois sauvegardés : de 140 à 80. Ils espèrent toujours pouvoir reprendre le bâtiment de l'usine et les machines pour poursuivre l'activité. "Cette fois-ci, on espère bien que ça va passer" lance le syndicaliste Stéphane Allègre. Ils doivent impérativement déposer ce business plan avant le démantèlement de l'usine prévu le 30 septembre prochain.

Projet de logo pour la future SCOP - Radio France
Projet de logo pour la future SCOP © Radio France - Lauriane Havard

Des solutions innovantes

Pour convaincre, les anciens salariés de la Seita ne sont pas en reste! Ils planchent actuellement sur des produits issus du tabac mais autres que des cigarettes! Pour cela, ils sont aidés par Vincent Ouslati qui est designer industriel. "On travaille actuellement sur 8 produits, par exemple du textile à base de tabac (vêtements, sacs), du biocarburant ou encore des matériaux de construction à l'image du béton de chanvre". Il faut maintenant qu'ils sélectionnent deux produits en particulier pour lancer des tests de faisabilité. Des chercheurs de Besançon et de Clermont-Ferrand sont déjà intéressés.

Etre plus visible

Pour mettre en avant leur projet de SCOP, il est essentiel aujourd'hui de communiquer et d'être présent sur le numérique. Franck Godefroy, lui-même gérant d'une SCOP en communication à Romagnat se charge de booster leur image. "On multiplie actuellement les post et les vidéos sur notre page Facebook et on travaille en ce moment sur la création d'un site internet" explique t-il.

En attendant, les anciens salariés de la Seita vont écrire aux 577 députés pour qu'ils se saisissent enfin de la problématique de la filière tabacole en France. En juillet dernier, une commission d'enquête a été crée sur les enjeux de santé publique liés au maintien d'une filière tabacole française et plus particulièrement sur les choix stratégiques du groupe Imperial Brands.