Économie – Social

Une association propose de balader bénévolement à vélo des personnes âgées

Par Lola Fourmy, France Bleu Loire Océan mercredi 12 juillet 2017 à 20:42

Huit résidents de maisons de retraite nantaise sont partis en expédition avec l'association A vélo sans âge.
Huit résidents de maisons de retraite nantaise sont partis en expédition avec l'association A vélo sans âge. © Radio France - Lola Fourmy

L’association "À vélo sans âge" met en lien des maisons de retraite et des cyclistes bénévoles et organisent des balades en Loire-Atlantique. Mercredi, huit personnes âgées ont profité d’une excursion de 15 km de Nantes à la Chapelle-sur-Erdre. Et elles sont conquises.

L’association "À vélo sans âge" est née au Danemark, en 2012. Depuis, elle a fait des petits puisque l’on compte plus de deux cents antennes locales dans le monde, dont plusieurs en Loire-Atlantique. L’idée est simple, offrir des balades à vélo à des résidents de maison de retraite pour leur permettre de redécouvrir leur ville, leur région, et d’échanger à nouveau avec des personnes extérieures à leurs établissements.

15 km de balade entre Nantes et la Chapelle-sur-Erdre

Mercredi 12 juillet, huit résidents de l’EPHAD de la Grande Providence et de la Madeleine à Nantes, ont profité d’une excursion avec l’association. Répartis dans quatre vélos-taxis, genre de pousse-pousse asiatique, à assistance électrique conduits par des bénévoles ils sont partis du Miroir d’eau, face au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, ont longé l’Erdre, et ont finalement déjeuné à la Chapelle-sur-Erdre.

"Ça nous change de la maison de retraite, car la maison de retraite parfois c’est monotone"

Les personnes âgées sont ravies de s’échapper un moment de leur établissement, certains comme Claude, Nantais de 87 ans, n’étaient pas sortis de la maison de retraite depuis deux ans.

Ils apprécient aussi de faire connaissance avec des voisins de chambre qu’ils ne croisent pas forcément mais aussi de retrouver leurs quartiers, de voir les évolutions de la ville.

Je n’avais jamais vu le Miroir d’eau mais j’en avais beaucoup entendu parler, c’est extra ! - Claude, 87 ans

Reportage pendant la sortie entre Nantes et la Chapelle-sur-Erdre avec l'association A vélo sans âge.

Retrouver sa liberté et sa place de citoyen

Les bénévoles qui les conduisent, au volant de ces bolides financés en partie par le Conseil départemental de Loire-Atlantique puisqu'ils coûtent en moyenne 6000 euros, prennent soin de ne pas les brusquer et d’échanger avec eux. Les interroger sur leur passé, leur décrire le paysage. D'ailleurs, Yves raconte que ce qui l’a le plus étonné durant le voyage "c’est la taille des terrains d’entraînement du club de foot de Nantes. Je n’aurais jamais cru qu’ils étaient si grands !" sourit l'aîné.

Pour la directrice de la résidence de la Grande Providence c’est aussi une façon pour les personnes âgées de partager la vie extérieure, de retourner dans la ville, "ça va dans le sens de leur laisser leur liberté d’aller et venir" explique celle qui a aussi testé la conduite des ses triporteurs.

A la recherche de bénévoles

L’association "À vélo sans âge" est implantée à Nantes, Sucé-sur-Erdre, Rezé et elle expérimente cet été des sorties sur la Baule, mais elle manque de bénévoles : "essentiellement des personnes capables de pédaler certains après-midis" précise Nicolas Salmon, l’un des bénévoles nantais. Et pour les conducteurs de ces drôles de vélos aussi l’opération est bénéfique. Marc, la cinquantaine, directeur commercial à la retraite, affirme qu’il a rencontré un couple très intéressant pendant cette balade, pour lui, l’important c’est d’avoir envie d’échanger et de rendre heureux les plus âgés : "qu’ils aient des souvenirs à raconter en rentrant à la maison de retraite" plaisante le "pilote".

Et c’est Yves qui conclue le mieux cette journée, quand on lui demande comment était la balade, il entonne, suivi par ses compères, la Balade des gens heureux, avant de s'exclamer " j’ai tout résumé là!".