Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une association rémoise utilise des timbres en francs pour envoyer ses lettres, et c'est tout à fait légal

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Si vous avez encore des vieux timbres en francs, surtout, ne les jetez pas ! Ils peuvent encore servir, car les timbres en francs conservent leur pouvoir d'affranchissement. Il est même possible de faire de petites économies au passage. A Reims, l’association Vél’Oxygène a trouvé l’astuce.

Une lettre de Vel'Oxygène
Une lettre de Vel'Oxygène © Radio France - Annelaure Labalette

Vérifiez vos fonds de tiroirs : les timbres en francs ne sont plus en vente dans les bureaux de poste depuis le 1er janvier 2002, mais ils gardent leur pouvoir d’affranchissement ! Ils peuvent en effet être utilisés pour affranchir des envois postaux en France comme à l’étranger. Il suffit, après avoir fait la conversion franc-euro, d'en mettre suffisamment pour atteindre le tarif en vigueur aujourd'hui. L’association rémoise Vél’Oxygène, qui promeut l’utilisation du vélo, a même trouvé ainsi le moyen  d’économiser un peu d’argent. 

Vel’Oxygène, c'est environ 400 adhérents, à qui il faut écrire au moins deux fois par an, par exemple pour annoncer l’assemblée générale ou proposer aux membres de renouveler leurs adhésions. Ses responsables estiment que le courrier classique est plus efficace que les mails. "Des timbres en francs, c’est plutôt amusant", s’est dit le trésorier Philippe Kohler, et c’est économique. Il a fait appel à  un professionnel. 

Un passionné de philatélie

Beaucoup de philatélistes ont acheté des pages de beaux timbres en espérant qu'ils prendront un jour de la valeur, mais ça n'a pas toujours été le cas. Aujourd’hui, ils veulent les écouler. Le Rémois Francis Depraetère, un retraité passionné de philatélie, a créé une micro-entreprise, "Timbretcourrier". Il achète les timbres en dessous de leur valeur. Il les revend toujours un peu moins cher que leur valeur faciale, en empochant lui-même un petit bénéfice. Tout le monde est gagnant. En plus, Francis Depraetère propose un service complet. Il offre les enveloppes, sur lesquelles il a lui-même collé les timbres, pour éviter tout risque d’erreur. 

Une partie du stock de Francis Depraetère - Radio France
Une partie du stock de Francis Depraetère © Radio France - Francis Depraetère

Prenons un exemple, avec le timbre économique de 86 centimes d’euro :  Vél’Oxygène achète l’enveloppe déjà timbrée au tarif de 80 centimes. Une économie de bout de chandelle, six centimes d’euro, mais qui réjouit le trésorier. Pour un millier de lettres, Vél’Oxygene économise ainsi une centaine d'euros. Quant à Francis Depraetère, il confie s'amuser dans cette activité, mais en gagnant en fait très peu d'argent. 

Attention aux anciens francs !

En principe, on peut utiliser des timbres depuis leur création, du temps de Napoléon III. Mais des timbres de cette époque ont évidemment une très grande valeur aux yeux des collectionneurs. Attention, aussi, aux anciens francs : les timbres d’avant 1960 ont une valeur faciale très faible. Elle doit être divisée par 100, puis par 6,55957. Autant dire que si vous comptez en utiliser, il faut une grande enveloppe, pour pouvoir la couvrir de timbres !  Et puis il y a  une exception : les timbres émis par le régime de Vichy. Le maréchal Pétain ayant été frappé d'indignité nationale, l'usage de ces timbres est interdit.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu