Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 53 en orange

Une centaine de manifestants encore mobilisée face au Ségur de la santé à Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Plus de 100 personnes issues du personnel hospitalier se sont réunies ce mardi 14 juillet 2020. Le point de rencontre a été donné sur la place Jean-Jaurès à Tours (Indre-et-Loire). Et bien que des accords aient été trouvés avec le gouvernement, pour certains le combat continue.

Les soignants d'Indre-et-Loire manifestent sur la place Jean-Jaurès, le 14 juillet 2020.
Les soignants d'Indre-et-Loire manifestent sur la place Jean-Jaurès, le 14 juillet 2020. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Ce 14 juillet 2020, jour de défilé pour la Fête Nationale, a aussi été un jour de manifestation à Tours (Indre-et-Loire). Plus de 100 manifestants issus du corps médical se sont réunis place Jean-Jaurès pour afficher leur mécontentement suite aux dernières annonces du gouvernement. En effet, les derniers accords n'ont pas été satisfaisants et beaucoup se disent encore déçus par le Ségur de la santé.

Une partie de la manifestation du personnel médical de Tours, le 14 juillet 2020.
Une partie de la manifestation du personnel médical de Tours, le 14 juillet 2020. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Pour ces manifestants, le compte n'y est pas. Si l'augmentation de 183 euros de certains salaires est bienvenue, d'autres points précis semblent avoir été oubliés en route. Alexandre Robert, représentant FO au centre hospitalier de Chinon, considère que le mouvement doit se poursuivre pour empêcher les plans de restructuration des hôpitaux. "Côté finances personnelles, on va y arriver. Mais il n'y a pas que le salaire, il y a aussi les conditions de travail. Quand on voit qu'il n'y aura que 7.500 embauches supplémentaires, c'est très insuffisant. On n'aborde pas le volet du financement des hôpitaux, de toutes les restructurations ou fusions, le COPERMO, etc. Demain, on va coûter plus cher à notre hôpital et le surlendemain demander à faire des économies. On va devoir fermer des lits ou faire des heures supplémentaires, donc il faut continuer à dire au gouvernement ce qu'il nous manque."

Une banderole affichée place Jean-Jaurès à Tours, le 14 juillet 2020.
Une banderole affichée place Jean-Jaurès à Tours, le 14 juillet 2020. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Même son de cloche dans le secteur privé où Isabelle Jallays travaille dans un Ephad. "Les revendications étaient les mêmes pour le privé et le public car les difficultés sont les mêmes. Durant l'épidémie de Covid-19, nous avons subi les mêmes difficultés. Or, aujourd'hui, nous n'avons aucun accord nous permettant d'espérer une augmentation. Simplement une promesse de l'Etat concernant une déblocage de fonds."

Une partie de la manifestation du personnel médical de Tours, le 14 juillet 2020.
Une partie de la manifestation du personnel médical de Tours, le 14 juillet 2020. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Autre point qui semble être mis sous le tapis selon les manifestants, la question des étudiants infirmiers, paramédicaux ou en médecine. Beaucoup d'hôpitaux forment et font appel en renfort à ces jeunes. Bruno Martinho, étudiant en troisième année d'école d'infirmier, s'inquiète pour l'avenir de sa profession et ne se sent pas considéré. "L'augmentation de 20 centimes/heure est dérisoire pour les étudiants. On n'est même pas au niveau d'une rémunération classique d'un étudiant universitaire. Quand vous vous rendez à l'hôpital, ce sont les étudiants infirmiers ou les internes en médecine qui vous accueillent. Sans nous, les services ne pourraient pas tourner, on est déjà là en tant que personnel remplaçant. Je pense qu'on mérite un petit peu plus de reconnaissance."

Une banderole mise en place aux abords du tramway, place Jean-Jaurès à Tours.
Une banderole mise en place aux abords du tramway, place Jean-Jaurès à Tours. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Avec cette manifestation, le personnel médical espère toucher les usagers pour qu'ils se rallient à leur cause. Une autre mobilisation de grande ampleur est déjà fixée au 17 septembre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess