Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une cinquantaine de "gilets jaunes" rassemblés à Reims pour protester contre l’arrestation d’Eric Drouet

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Une cinquantaine de "gilets jaunes" se sont rassemblés devant le commissariat de police de Reims ce jeudi après-midi. Ils protestent contre l’arrestation et le placement en garde à vue d’Eric Drouet. Un des leaders du mouvement a été arrêté à Paris.

Devant le commissariat
Devant le commissariat © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Reims, France

Un rassemblement dans le calme : environ 50 "gilets jaunes"  se sont retrouvés ce jeudi après-midi devant le commissariat de Police de Reims. C’est au sujet de l'interpellation d'Eric Drouet et de trois autres personnes mercredi soir à Paris. Tous les quatre ont été placés en garde à vue. D'après la préfecture de police de Paris, Eric Drouet, l'un des leaders des "gilets jaunes", a été arrêté pour " organisation d'une manifestation non autorisée". En l'occurrence, un rassemblement place de la Concorde, pour rendre hommage aux "gilets jaunes" blessés et tués depuis le début du mouvement.  Eric Drouet a été libéré dans l'après midi de jeudi. Il est convoqué au tribunal de Paris le 15 février. Il sera jugé pour organisation de manifestations sur la voie publique sans autorisation.

On essaye d’étouffer le mouvement " - Stéphanie, "gilet jaune" à Reims   

A Reims, les "gilets jaunes" ne décolèrent pas. "On essaye d’étouffer le mouvement", dit Stéphanie. "Emmanuel Macron veut juste qu’on soit bien sage et qu’on rentre chez nous, mais la mobilisation va continuer."

Dominique, pour sa part, voit dans ces interpellations le signe d’une grande inquiétude de la part de l’exécutif : "Macron a peur qu’on lui pique son pouvoir, mais nous, on sera là jusqu’à ce qu’il dégage."