Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Une commerçante béarnaise envoie une vieille chaussure à Jean Castex pour demander la réouverture

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Maylis Lété, patronne des "Chaussures Lété" à Salies-de-Béarn, participe à l'initiative de 130 chausseurs d'envoyer une paire de chaussures usées au gouvernement pour défendre leur caractère "essentiel" et demander la réouverture de leurs commerces.

Maylis Lété a déjà préparé son colis pour Jean Castex : un mocassin tout usé.
Maylis Lété a déjà préparé son colis pour Jean Castex : un mocassin tout usé. © Radio France - Manon Claverie

Leur groupe Facebook rassemble près de 2 000 chausseurs. Comme Maylis Lété, patronne des "Chaussures Lété" à Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques), ils seront 130 à envoyer une vieille paire de chaussures au gouvernement ce lundi matin - l'une au Premier ministre Jean Castex, l'autre au ministre de l'Économie Bruno Le Maire, pour demander la réouverture de leurs commerces. "J'ai choisi un mocassin tout usé, la semelle décousue, qui a été bien porté. On se doit d'être ouverts pour nos clients, parce qu'on marche sur les pieds. Du point de vue hygiène, confort, santé... c'est une obligation d'être bien chaussé !" estime Maylis Lété devant le rideau fermé de sa boutique.  

40 % de chiffre d'affaires en moins en 2020

En 2020 elle a perdu 40 % de son chiffre d'affaires à cause des confinements et fermetures des commerces "non-essentiels". Elle n'avait pas atteint ce niveau de pertes depuis les inondations de 2018 à Salies-de-Béarn, où son stock avait été détruit sous 1 mètre d'eau. "Pour ce qui est des aides, on nous promet 80 % de la somme perçue au titre du fonds de solidarité en novembre 2020. Quelqu'un qui a perçu 10.000 euros d'aides touchera donc 8.000 euros. Mais à côté des 35.000, 40.000, 70.000 euros même parfois, de stocks que nous devons à nos fournisseurs, 8.000 euros ce n'est rien !", regrette-t-elle. Elle espère que son geste fera réfléchir le gouvernement sur la nécessité, selon elle, de rouvrir vite. 

Maylis Lété a atteint un chiffre d'affaires aussi bas que lors des inondations de 2018 où son magasin avait dû être entièrement refait.

Le colis est prêt. Maylis Lété doit l'envoyer ce vendredi par la poste, destination Matignon.
Le colis est prêt. Maylis Lété doit l'envoyer ce vendredi par la poste, destination Matignon. © Radio France - Manon Claverie
Sur la vitrine de sa boutique fermée, la commerçante affiche sa colère.
Sur la vitrine de sa boutique fermée, la commerçante affiche sa colère. © Radio France - Manon Claverie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess