Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Une déduction fiscale pour les achats d'occasion ?

-
Par , France Bleu

Pour encourager à moins consommer et à acheter d'occasion, Antoine Jouteau, le directeur général du Bon Coin et Emery Jacquillat le directeur général de la Camif plaident pour une déduction fiscale de 15 %. 15 % de la valeur de l'achat pourraient être déduits de son impôt sur le revenu.

L'achat d'objets d'occasion donnerait le droit à 15 % de réduction d'impôt
L'achat d'objets d'occasion donnerait le droit à 15 % de réduction d'impôt © Maxppp - Pierre Heckler

Cette idée des patrons du Bon Coin et de la Camif vise à encourager les achats d'occasion et à stimuler l'économie circulaire. En achetant d'occasion, on évite le gaspillage, on limite le prélèvement sur les ressources naturelles et on réduit les déchets. Ils suggèrent donc de permettre de déduire de son impôt sur le revenu 15 % de la valeur des produits qu'on achète d'occasion. Dans la limite de 3.000 euros par an, ce qui correspond à 20.000 euros d'achats. Cette disposition s'appliquerait à tous les produits sauf les voitures mais aussi aux vêtements et aux meubles neufs éco-conçus, dont le recyclage est pensé dès la conception. 

La réduction d'impôt concernerait aussi ceux qui achètent des produits d'occasion pour les réparer. L'idée est là de stimuler la filière réparation qui créée des emplois en France. La proposition a le soutien du Mouvement des entrepreneurs sociaux mais aussi de toute une série d'ONG qui militent en faveur du climat comme Oxfam. 

Pour la financer, les deux patrons suggèrent une taxe sur les plastiques non recyclés. Ils espèrent que leur idée sera intégrée au projet de loi anti-gaspillage qui est débattu en ce moment à l'Assemblée nationale. Reste qu'en ces temps de disette budgétaire, il risque d'être difficile de convaincre le ministère des Finances de créer une nouvelle niche fiscale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu