Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une délégation de Ford Blanquefort reçue à Bercy

vendredi 1 septembre 2017 à 15:32 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Des représentants des salariés du site industriel girondin ont été reçus par un conseiller du ministre de l'économie ce vendredi matin. Au coeur de la discussion : la sauvegarde de l'usine et de son millier d'emplois.

Manifestation des Ford à Bordeaux en Janvier dernier
Manifestation des Ford à Bordeaux en Janvier dernier © Radio France - Stéphane Hiscock

Blanquefort, France

C'était une nouvelle occasion pour les syndicats d'alerter l'Etat sur les menaces de fermeture qui planent sur le site industriel girondin. "Nous sommes en danger si Ford ne relance pas très vite l'activité à Blanquefort avec la production d'une nouvelle boite de vitesse" ont expliqué les salariés au représentant du ministre Bruno Le Maire.

La situation n'est pas nouvelle, les salariés de Ford Blanquefort avaient déjà alerté l'ancien gouvernement sur ce dossier mais pas question de se faire oublier. Car le temps presse.

"Nous sommes dans une course contre-la-montre doublée d'un bras de fer"

La production sur le site girondin est en baisse et d'ici la fin du mois les derniers intérimaires devraient quitter l'usine. Pour sauver les emplois il faudrait que le groupe automobile américain accepte de faire construire sa dernière boite de vitesse automatique à Blanquefort plutôt qu'a Livonia aux Etats Unis. Les syndicats ont fait passer le message à Bercy.

"Ford doit très vite nous entendre" - Gilles Lambersend, secrétaire CGT du C.E