Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une école internationale de gastronomie inaugurée dans l'Yonne

vendredi 9 novembre 2018 à 20:06 Par Denys Baudin et Damien Robine, France Bleu Auxerre

Une école internationale de gastronomie est installée à Nuits (Yonne), vers Tonnerre. L'inauguration s’est déroulée vendredi 9 novembre. Le projet un peu fou d'un entrepreneur parisien.

Philippe Turquet chef formateur et Joseph Pecoraro le fondateur de l'école
Philippe Turquet chef formateur et Joseph Pecoraro le fondateur de l'école © Radio France - Damien Robine

Auxerre, France

Joseph Pecoraro, un entrepreneur parisien a décider d'installer son école de cuisine à Nuits (Yonne), petit village de 400 habitants, juste face à la gare. L'école peut accueillir une douzaine de stagiaires dans un bâtiment totalement rénové avec une cuisine professionnelle toute neuve. Les premiers stagiaires sont attendus avant la fin du mois pour une formation qui doit durer trois semaines.

Priorité aux demandeurs d'emploi

Joseph Pecoraro vise essentiellement les demandeurs d'emplois. On manque de cuisiniers dans la restauration en France. Se former, c'est donc la quasi certitude de trouver un emploi : "on va leur permettre d'avoir les bases de la cuisine et ou de la pâtisserie. Au bout de trois semaines ces personnes seront opérationnelles dans un certain nombre de restaurants."

Et pour leur donner les bases, l'école compte sur l'expérience de Philippe Turquet chef de cuisine et formateur. 

Travailler les plats traditionnels

Philippe Turquet explique sa politique : "on va démarrer du début. En ce qui concerne la cuisine on va commencer par couper des légumes, on va découvrir ensuite ce qu'est une volaille, on va la désosser, on va essayer de faire une fricassée. On va essayer de faire la même chose avec du veau. Avec du bœuf on fera un bœuf bourguignon, avec l'agneau un navarin d'agneau. Des plats traditionnels."

"Donner l'envie à tout le monde"  - Philippe Turquet, chef de cuisine

"Mon but c'est de donner l'envie à tout le monde." poursuit le chef cuisinier. " Il ne s'agit pas d'essayer d’identifier une personne qui aura l'air plus douée qu'une autre. Mon but c'est d'emmener tout le monde au bout des trois semaines à quelque chose d'équivalent en terme de connaissance. Maintenant je ne leur cacherai pas que le travail est la base de la réussite."

Le travail base de la réussite

"Apprendre à la campagne" -  Joseph Pecoraro

Le défi c'est de faire venir des stagiaires, un peu au milieu de nulle part. Joseph Pecoraro souligne qu'ils sont installés au milieu d'un axe Paris-Lyon : "je suis à deux heures de Paris et à deux heures trente de Lyon. Apprendre à la campagne est aussi intéressant que d'apprendre à Paris, Lyon ou Bordeaux."

La gare SNCF est juste en face de l'école. Un petit village comme Nuits n'a d'ailleurs que des avantages selon Joseph Pecoraro : "cela veut dire qu'ils vont venir là pour bosser, ils n'iront pas en boite de nuit. On a un certain nombre de choses à leur transmettre et ils viennent pour cela."

Etre opérationnel en trois semaines

L'école accueillera également des personnes qui travaillent déjà dans la restauration pour des stages de perfectionnement d'une semaine. Joseph Pecoraro souhaite à l'avenir ouvrir son école à l'international. Il a déjà noué des contact avec la Chine.