Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une effigie d'Emmanuel Macron décapitée à Angoulême : Edouard Philippe réclame des poursuites

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Le premier ministre dénonce sur Twitter "un simulacre de décapitation du chef de l'Etat" parmi d'autres dérives du mouvement des gilets jaunes. C'était vendredi soir dans le parc de Bourgines à Angoulême. Edouard Philippe réclame des "sanctions pénales".

C'était vendredi soir dans le parc de Bourgines à Angoulême : un pantin à l'effigie d'Emmanuel Macron soumis à un procès populaire puis décapité.
C'était vendredi soir dans le parc de Bourgines à Angoulême : un pantin à l'effigie d'Emmanuel Macron soumis à un procès populaire puis décapité. © Maxppp - Renaud Joubert

Angoulême, France

Un quart-d'heure de procès populaire pour un pantin représentant Emmanuel Macron, suivi par un verdict de peine de mort et une décapitation. C'est la mise en scène macabre imaginée vendredi soir par des gilets jaunes à Angoulême. Suivie par la presse locale, et relayée sur les réseaux sociaux, cette manifestation autorisée dans le parc de Bourgines a suscité l'émotion au sein du gouvernement. Sur Twitter dimanche matin, Edouard Philippe dénonce ce "simulacre de décapitation du chef de l'Etat" parmi d'autres excès des gilets jaunes. Le premier ministre réclame une "condamnation unanime" ainsi que des "sanctions pénales".

La préfète de la Charente, Marie Lajus a déjà réagi samedi midi par un communiqué. Marie Lajus souhaite "dénoncer avec la plus grande fermeté" des faits qui "portent gravement atteinte tant à la personne qu'à la fonction du Président de la République". La préfète a saisi le parquet d'Angoulême, qui a ouvert une enquête pour "provocation au crime et outrage" selon nos confrères de Charente libre.

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, Emmanuel Macron est une cible prioritaire des manifestants, son effigie est régulièrement brandie sur les ronds-points et dans les cortèges, avec des slogans très violents et d'autres mises en scène macabres (guillotine, etc.).

Choix de la station

France Bleu