Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une enseigne promet des lunettes moins chères dans l'agglomération bordelaise

mercredi 12 février 2014 à 7:20 France Bleu Gironde

L'enseigne Hans Handers, réseau d'opticiens n°1 au Benelux, s'implante dans la Communauté urbaine de Bordeaux, en promettant de casser les prix par deux. Ses concurrents ne semblent pas trop effrayés par l'arrivée de cette offre "low-cost".

Peut-on payer moins cher ses lunettes ?
Peut-on payer moins cher ses lunettes ? © Fotolia.com

Peut-on payer moins cher ses lunettes ? Oui, affirme le réseau Hans Handers, qui lance la guerre des prix dans l'agglomération bordelaise.  L'enseigne, premier réseau d'opticiens au Benelux, continue de se déployer en France. Elle vient d'ouvrir une boutique - sa 50e dans l'Hexagone - dans le centre commercial des 4 Pavillons, à Lormont. Et elle affiche la couleur : proposer des prix divisés par deux par rapport à ses concurrents, car selon ses responsables, les tarifs pratiqués dans les magasins d'optique sont trop elevés.

"Le prix moyen d'un équipement (montures + verres) s'élève à 470 euros contre 225 euros pour un équipement chez nous. Après remboursement par la Sécurité Sociale et la complémentaire santé, le reste à charge pour le client est divisé par quatre"

François-Xavier Jombart est le directeur général de Hans Handers France. Selon lui, il est possible de réduire les prix en réduisant les côuts.

"Achats groupés, moins de frais de communication, et des loyers moins chers"

Les autres enseignes ne sont pas vraiment étonnées par l'arrivée en Gironde de cette nouvelle enseigne,  déjà présente depuis sept ans sur le marché français. 

"Ce n'est pas un vrai concurrent, car il est une stratégie low-cost. Il n'y a pas que le prix, il y a aussi le service rendu aux clients"

Thierry Tarade est le directeur général de la Bordelaise de Lunetterie qui possède 32 boutiques en Gironde.

"C'est la même différence qu'entre une voiture à 10 mille euros et une à 50 mille euros"

Trois millions de français auraient renoncé à porter des lunettes de vue, à cause de leur côut trop elévé et du faible remboursement des mutuelles.. Selon l'UFC-Que Choisir, le budget lunettes serait en France 50 % plus élevé que la moyenne européenne.