Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une épicerie sociale sur le campus pour les étudiants bordelais

mercredi 15 novembre 2017 à 18:37 Par Leila Mechaouri, France Bleu Gironde

Le Comptoir d'Aliénor est la première épicerie sociale et solidaire ouverte sur le campus bordelais. Elle propose aux étudiants précaires des produits alimentaires et d'hygiène à petits prix.

Le Comptoir d'Aliénor accueille les bénéficiaires les jeudis et vendredis soirs.
Le Comptoir d'Aliénor accueille les bénéficiaires les jeudis et vendredis soirs. © Radio France - Leïla Méchaouri

Talence, France

4% des étudiants en Gironde ont fait une demande d'aide financière d'urgence et 2% ont eu recours à une aide alimentaire. Ces chiffres alarmants sont révélés par une enquête de la communauté d'universités et d'établissement d'Aquitaine. Pour faire face à la précarité grandissante, une épicerie sociale et solidaire a ouvert sur le campus de Talence, au niveau de l'arrêt du tramway B Peixotto.

Le Comptoir d'Aliénor a pour objectif de promouvoir l'autonomie alimentaire des étudiants. Les bénéficiaires peuvent y trouver des denrées de première nécessité, des fruits et légumes de producteurs locaux, mais aussi des produits d'hygiène entre 10 et 30% des prix pratiqués dans les grandes surfaces. Ouverte depuis le mois d'avril dernier, l'épicerie a permis de venir en aide à une cinquantaine de jeunes.

Vivre avec moins de 5 euros par jour

L'épicerie sociale et solidaire est ouverte à tous les étudiants de Gironde ayant un "reste à vivre" de 150 euros par mois maximum, soit 5 euros par jour. Chaque jour, la Fédération d'Aliénor, le réseau d'association qui a créé et gère l'épicerie du campus, reçoit en moyenne deux nouvelles demandes . Preuve que la précarité des jeunes avance. "Elle est autour de nous, mais ne se voit pas forcément parce que ces étudiants-là ont tendance à s'isoler", remarque la présidente de l'association, Coline Briatte.

Chaque bénéficiaire a droit à un panier de 20 euros par mois, l'équivalent de 160 euros de courses en grande surface. - Radio France
Chaque bénéficiaire a droit à un panier de 20 euros par mois, l'équivalent de 160 euros de courses en grande surface. © Radio France - Leïla Méchaouri

Une pauvreté invisible, souvent méconnue, parce qu'aux yeux de la société, les étudiants ne font pas partie des populations les plus précaires. "On m'a déjà fait la remarque : 'toi ça va tu fais des études, tu n'as pas à te plaindre' !", se souvient Anna, bénéficiaire et bénévole au Comptoir d'Aliénor.

On n'a pas de préjugé". — Anna, bénévole au Comptoir d'Aliénor

La peur de la stigmatisation peut d'ailleurs faire hésiter certains jeunes à pousser la porte de l'épicerie sociale reconnaît l'étudiante en psychologie de 26 ans. "On n'a pas de préjugé. On ne se dit pas 'ah lui aussi il galère', assure Anna. On essaye de tisser des liens et je pense que c'est ça l'important."

Le comptoir d'Aliénor espère accueillir une centaine d'étudiants d'ici la fin de l'année scolaire. Il est ouvert les jeudis et vendredis de 16h30 à 19h30. Une épicerie itinérante doit aussi être lancée en janvier pour se rapprocher des autres campus bordelais.