Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Une épicerie solidaire en Click and Collect pour les étudiants de l'Université de Lorraine à Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les bénévoles de l'épicerie solidaire de l'Agoraé à Metz organisent les distributions d'aide alimentaire en "click and collect" pour les étudiants. Le nombre de bénéficiaires est en hausse depuis le premier confinement.

Les étudiants viennent récupérer leur colis d'aide alimentaire pendant le confinement à l'université de Metz
Les étudiants viennent récupérer leur colis d'aide alimentaire pendant le confinement à l'université de Metz © Radio France - Natacha Kadur

Conçu comme un lieu de vie qui favorise la mixité sociale entre étudiants, le local de l'Agoraé à Metz a réussi la transformation de son épicerie solidaire en ligne pendant la durée du confinement. Les étudiants ont numérisé les procédures d'inscription et leur gestion des stocks afin de permettre à leurs bénéficaires de venir récupérer leur colis alimentaire sur des crénéaux horaires précis. 

Porté par la Fédération des Associations Générales étudiantes (FAGE) et la Fédération des Étudiants de Lorraine (Fédélor), l'Agoraé accompagne un peu plus de 500 étudiants bénéficiaires d'une aide alimentaire à l'Université de Lorraine , dont 220 à Metz. 

Hausse des demandes 

" Pendant le premier confinement nous sommes passés de 120 à 240 bénéficiaires en très peu de temps et nous n'avions plus assez de stocks ", se souvient Nathalie qui est bénévole dans l'association depuis trois ans. Prise de court, l'équipe a fait face puis lancé des appels aux dons qui leur permettent de bénéficier aujourd'hui des moyens supplémentaires : "Je n'appellerais pas cela une deuxième vague, on récupère la même charge qu'au premier confinement, mais nous sommes mieux préparés et nos équipes sont moins stressées", explique-t-elle.

Cela leur permet un peu de souffler - Nathalie, bénévole

Cette aide bénéficie aux étudiants disposant d'un reste à vivre de moins de 8 euros par jour, soit un peu moins de 250 euros par mois. " Je connais peu d'étudiants qui ont plus de 250 euros sur le compte à la fin du mois, explique Nathalie, c'est pensé pour inclure le plus de monde possible". Ils prennent contact avec l'association via sa page Facebook

Nathalie vérifie les stocks de l'épicerie solidaire à l'Agoraé de Metz. Au second plan les autres étudiants bénévoles suivent leurs cours en ligne.
Nathalie vérifie les stocks de l'épicerie solidaire à l'Agoraé de Metz. Au second plan les autres étudiants bénévoles suivent leurs cours en ligne. © Radio France - Natacha Kadur

Un serveur vocal dédié 

Depuis l'expérience de la première vague, Enzo, étudiant en droit, a mis en place un serveur vocal dédié. Les bénévoles se relaient pour qu'il y ait toujours quelqu'un de disponible pour prendre les appels qui sont redirigés vers leurs portables respectifs.

" Il est vite devenu important de pouvoir répondre aux étudiants qui étaient extrêmement stressés. On pouvait recevoir des appels à 3 ou 4 heures du matin. Nous avions fait l'erreur de communiquer nos numéros sur les réseaux sociaux ", explique-t-il.

C'est satisfaisant d'aider les autres - Enzo, bénévole

Le serveur les oriente vers trois services : inscription en tant que bénéficiaire de l'aide alimentaire, demande de soutien juridique pour défendre ses droits, et ligne d'écoute. Pour cette dernière, les étudiants ont parfois simplement besoin de parler ou sont en demande d'aide pour des problématiques plus spécifiques. Les bénévoles sont en mesure de les orienter vers des professionnels identifiés qui travaillent avec l'association.

Les étudiants ont crée un serveur vocal pour prendre les appels des bénéficiaires de l'aide alimentaire porté par la Fédélor à l'université de Lorraine Metz Nancy
Les étudiants ont crée un serveur vocal pour prendre les appels des bénéficiaires de l'aide alimentaire porté par la Fédélor à l'université de Lorraine Metz Nancy © Radio France - Natacha Kadur

Une période éprouvante

Le Crous et l'Université de Lorraine ont débloqué des fonds d'urgence pour apporter une aide financière aux étudiants les plus touchés par la crise sanitaire. Beaucoup d'entre eux ont perdu leur petit boulot, notamment dans la restauration, en raison du confinement. Agoraé complète ce soutien par le don de denrées alimentaires mais également de produits d'entretien et d'hygiène.

" Certains étudiants sont seuls dans leur 9m2 à suivre leurs cours à distance " - Enzo

Nabila, une étudiante algérienne de 24 ans, vient de reprendre son contrat de 15 heures dans la restauration. Elle n'est pas boursière et assume seule les dépenses liées à sa vie étudiante. Les économies préservées pour sa scolarité sont largement entamées après trois années d'études en France. C'est la deuxième fois qu'elle se présente à l'Agoraé , munie de son grand cabas rose : " La seule chose que je connais jusqu'à maintenant c'est prendre mon colis et repartir. J'espère qu'après le confinement, je pourrai mieux connaitre ceux de l'Agoraé, et les remercier aussi pour leur travail ". 

L'épicerie solidaire de l'Agoraé passe au "Click and collect"
L'épicerie solidaire de l'Agoraé passe au "Click and collect" © Radio France - Natacha Kadur

Agoraé collecte actuellement des dons de vêtements chauds en bon état. Contact au 03 57 75 66 65, via Facebook ou agorae@fedelor.org

A l'Agoraé de Metz un jour de distribution

Choix de la station

À venir dansDanssecondess