Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Solocal en grève à Nancy contre le "management par la terreur"

A Nancy, des salariés du groupe Solocal, anciennement Pages Jaunes, qui emploie 300 personnes dans le Grand-Est, étaient en grève, jeudi 21 novembre 2019, pour dénoncer les conséquences d'un plan social qui a provoqué, dans toute la France, un millier de départs depuis l'an passé.

Les grévistes rassemblés, ce jeudi 21 novembre, devant l'agence Solocal de Nancy (photo confiée aimablement à Radio France par l'intersyndicale).
Les grévistes rassemblés, ce jeudi 21 novembre, devant l'agence Solocal de Nancy (photo confiée aimablement à Radio France par l'intersyndicale). © Radio France - Laurent Watrin

Réduction de personnels, course aux contrats... et souffrance au travail. L'intersyndicale de Solocal dénonce une situation préoccupante pour les 2 800 personnes employées en France par ce groupe spécialisé dans la publicité numérique des entreprises

L'entreprise entretient la peur" (communiqué de l'intersyndicale)

A l'agence de Nancy (90 salariés environ), comme ailleurs, le plan social, mis en oeuvre en 2018 sur les sites de l'ex-entreprise Pages Jaunes, a fortement dégradé les conditions de travail, explique le communiqué de l'intersyndicale de Solocal. 

Un millier de personnes ont quitté le groupe, soit 30% des effectifs. La charge de travail a augmenté pour ceux qui restent.  

Les syndicats accusent l'entreprise d'entretenir "la peur en multipliant les licenciements pour motifs futiles et les licenciements de salariés en arrêt maladie".  

La pression des actionnaires

Si tous les employés sont concernés, les salariés du service commercial sont particulièrement touchés : "Ils n'en peuvent plus parce qu'on leur demande toujours plus de contrats. Ces gens souffrent à cause de la pression des actionnaires", explique Frédéric Gallois, délégué syndical central FO.

L'intersyndicale note que "les remontées et les revendications restent lettres mortes" jusqu'à maintenant...

La journée de grève, ce jeudi 21 novembre, envoie donc un message à la direction du groupe avant un rendez-vous prévu le mercredi 27 novembre. Après cette rencontre, les syndicats se détermineront sur la suite éventuelle à donner au mouvement.

Le groupe Solocal emploie environ 220 personnes dans le Grand-Est, réparties entre Nancy, Reims et Strasbourg.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu