Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une grève d'un jour au Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois

mercredi 3 octobre 2018 à 18:39 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

La CGT appelle à la grève l'ensemble des salariés du Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois ce jeudi 4 octobre 2018. "Stop: au manque de personnels, aux cadences infernales, à la déshumanisation des soins ou encore au dialogue social dysfonctionnel" explique le syndicat dans un tract.

Le Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois touché par une grève ce jeudi 4 octobre 2018
Le Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois touché par une grève ce jeudi 4 octobre 2018 © Maxppp - JC Tardivon

21140 Semur-en-Auxois, France

Le Centre Hospitalier Robert-Morlevat de Semur-en-Auxois touché par un nouveau mouvement de grève ce jeudi 4 octobre 2018. Mouvement lancé par la CGT, l'un des deux syndicats de l'hôpital. Il coïncide avec un appel national déposé par le syndicat dans le cadre des élections professionnelles du 6 décembre prochain. A Semur-en-Auxois, le préavis concerne l'ensemble des personnels du Centre Hospitalier. La CGT, dénonce "une aggravation de la situation, qui compromet la santé et la sécurité des personnels travaillant à l’hôpital de Semur, avec d’évidentes répercussions sur la prise en charge des patients".   

"Appelés à cinq heures du matin pour travailler à six heures" 

Et si on a beaucoup parlé de l'EHPAD de Semur, Denis Bétand, Secrétaire Général du Syndicat CGT dénonce les mauvaises conditions de travail dans la quasi-totalité des services. Parmi d'autres griefs, il évoque notamment le manque de personnels. "On voit bien que les plannings sont à flux tendus, les personnels sont rappelés. Quelques fois vous ne savez même pas que vous travaillez et vous êtes rappelés à 5 heures du matin pour travailler à 6 heures. Cela use le personnel et il n'y a pas qu'à l'EHPAD." 

Denis Bétang

Sophie Giampetruzzi  - Radio France
Sophie Giampetruzzi © Radio France - Thomas Nougaillon

Pour Sophie Giampetruzzi, elle aussi membre de la CGT, il faudrait, aux vues des heures supplémentaires effectuées en 2017, 20 équivalents temps plein (ETP) de plus sur l'ensemble de l'établissement. "Cette situation créée une pression certaine pour les agents mais c'est aussi maintenant et de plus en plus la qualité de prise en charge des patients et des résidents qui est en question." 

Prenant l'exemple d'une infirmière elle va plus loin dans ses explications. "Quand vous avez du temps, quand on vous laisse tranquille pour travailler correctement avec un patient, la qualité du soin n'est évidemment pas la même que quand par exemple vous avez 10 ou 15 patients à traiter à toute vitesse (...) que vous devez distribuer les médicaments, gérer les appels avec en plus les familles à accueillir etc, etc."  

Sophie Giampetruzzi

"Un recours à l'intérim démesuré"

Bénédicte Bortoloni, sage-femme de 41 ans, ne prendra pas son service ce jeudi. Elle nous dit pourquoi. "Même si mes conditions de travail de sage-femme ne sont pas si mauvaises que cela dans notre maternité. Je serais en grève par rapport aux conditions globales de travail dans cet hôpital." Bénédicte pointe du doigt "un certain manque de personnel et un recours à l'intérim démesuré et qui prend de l'ampleur d'année en année".  

Bénédicte Bortoloni

Ce n'est pas la première fois que le Centre Hospitalier de Semur est touché par une grève cette année - Radio France
Ce n'est pas la première fois que le Centre Hospitalier de Semur est touché par une grève cette année © Radio France - Thomas Nougaillon

Le directeur du Centre Hospitalier, Marc Le Clanche, a rencontré la CGT lundi dernier. "Ce mouvement s'inscrit dans le cadre de la campagne des élections professionnelles" nous a t-il expliqué au téléphone ne jugeant pas nécessaire de répondre à la demande d'interview de France Bleu Bourgogne.  

FO regrette de ne pas avoir été consulté

De son côté Force Ouvrière, syndicat majoritaire du Centre Hospitalier Robert-Morlevat de Semur-en-Auxois, explique dans un communiqué regretter que "la CGT ne l'ait pas contacté pour un mouvement solidaire avec des objectifs communs". "Nous abondons -dit encore FO- dans le sens de ces revendications, sans faire ce jour-là précisément, un appel à la grève (jeudi 4 octobre 2018 ndlr), d'autant plus que nous avons un préavis de grève national mardi prochain".

Ce jeudi 4 octobre 2018 à 8h11, retrouvez l'interview de Denis Bétand, "A la Une de France Bleu Bourgogne" sur le 98.3 ou le 103.7.