Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une grosse journée de mobilisation à Limoges ce samedi

samedi 30 mars 2019 à 11:33 - Mis à jour le samedi 30 mars 2019 à 17:13 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

Enseignants, gilets jaunes, motards, tous sont dans la rue ce samedi à Limoges. Cinq manifestations ont été déclarées en préfecture mais chacun défile avec ses revendications.

Plusieurs centaines de motards ont manifesté dans les rues de Limoges et notamment devant la mairie contre les 80Km/h,  ce samedi après-midi.
Plusieurs centaines de motards ont manifesté dans les rues de Limoges et notamment devant la mairie contre les 80Km/h, ce samedi après-midi. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Ils sont motards, enseignants ou gilets jaunes, mais tous vont descendre dans la rue ce samedi à Limoges. Au total cinq manifestations ont été déclarées à la préfecture de la Haute-Vienne. Le premier cortège à s'élancer, ce samedi en fin de matinée, est celui des enseignants. Ils dénoncent la Loi Blanquer et son slogan "l'école de la confiance", détourné en "école de la défiance". 

Plus d'une centaine d'enseignants s'est réunie au Carrefour Tourny à Limoges vers 10h30.  Ce sont les premiers à manifester ce samedi.  Le cortège s'est élancé vers 11 heures dans le centre ville de Limoges. Ils dénoncent principalement la Loi Blanquer, du nom du Ministre de l'éducation nationale. Selon eux, elle prévoit notamment un "droit de réserve" pour les enseignants, à l'image de ce qu'il se fait déjà dans l'armée par exemple. Pour Christophe Tristan du syndicat c'est tout simplement un "muselage" . Ce syndicaliste dénonce également les multiples réformes "sans concertation" comme celle de l'enseignement professionnel  ou encore celle des lycées où "on va mettre des établissements en avant selon leurs options" . Pour les enseignants, l' "école de la confiance" voulue par le Ministre va encore plus gripper un ascenseur social déjà bien mal en point. 

En parallèle plusieurs opérations escargots ont été menées en direction de Limoges à l'initiative du Collectif Citoyens 87. Les gilets jaunes venus de Creuse,  Corrèze et Haute-Vienne  ont organisé un pique-nique sur les bords de la Vienne. Une trentaine ont ainsi déjeuné au soleil tandis qu'un autre groupe, place des Casseaux accueille les convois venus des quatre coins du département. 

Le premier cortège est arrivé peu après 11h30 ce samedi matin, et les autres les rejoignent petit à petit à l'image des corréziens arrivés vers 13h30.  Pour l'un des chef de file du mouvement en Corrèze, c'était important de venir "donner un coup de main" aux voisins puisque les Hauts-Viennois participent aussi aux manifestations du voisin corrézien.  Pour lui les revendications restent inchangées "La revendication du gilet jaune c'est quoi?  La revalorisation des salaires, la revalorisation des retraites, le retour de l'ISF, la baisse des taxes" détaille Guillaume, qui résume ainsi " On veut avoir une dignité de vie" 

Difficile de ne pas entendre le long cortège de plusieurs centaine de motos ce samedi après-midi à Limoges.  Les motards ont fait une halte devant la mairie de Limoges peu avant 14h30. Ils sont arrivés de Charente, Charente Maritime, Dordogne, Creuse, Corrèze ou encore Haute-Vienne à l'appel de la Fédération Française des Motards en Colère et de ses antennes haute-viennoise, corrézienne et creusoise. 

Une grande manifestation donc pour dénoncer entre autre la limitation à 80 Km/h. Pour Thierry, l'un des chefs de file des motards, c'est une mesure tout simplement dangereuse pour les deux-roues _"Les distances de sécurité se réduisent, maintenant des poids-lourds nous dépassent !_" . Pour lui c'est au département de reprendre la main et d'évaluer au cas par cas, selon la dangerosité d'une route ou d'un morceau de celle-ci. 

Mais pour lui pas question de manifester aux côtés des gilets jaunes, malgré les points de convergence comme la question de la limitation à 80km/h ou encore le prix du carburant. " il y a des choses qui se rejoignent" avoue Thierry, mais pour lui difficile de faire une seule et même manifestation  "Défiler ensemble pour peser plus fort, oui. Mais intelligemment" explique Thierry, qui pointe du doigt le manque de cohésion et les divisions dans le mouvement des Gilets jaunes.  

Les motards sont repartis vers 15 heures de la mairie , ont fait une halte à la Préfecture de la Haute-Vienne avant de se diriger vers l'autoroute A20 où ils comptent mener une opération escargot.  

Mais les motards ont aussi croisé des gilets jaunes sur leur route, notamment à la mairie de Limoges. Une centaine de gilets jaunes sont venus à leur rencontre. Il s'agit du collectif Colère 87 mené par Valérie Bathias qui pointe elle aussi le manque d'union. "il y a beaucoup de difficultés, beaucoup de monde s'est dispersé ". Se réunir ? "On aimerait, on en rêve" lance-t-elle en souriant avant de résumer "Sur le fond on a les mêmes revendications. Sur la forme, on est chacun dans son coin !"

Les gilets jaunes  de Colère 87 ont pris eux aussi comme les motards, la direction de la préfecture. Ils ont été rejoints par deux autres groupes de gilets jaunes. 

Peu avant 16 heures, différents groupes de gilets jaunes se sont rejoints devant la préfecture. Le groupe Gilets Jaunes Unis 87 ainsi que le Collectif Citoyen 87 ont amené une gerbe et un cercueil devant la préfecture de la Haute-Vienne, comme symbole de la "mort de notre pouvoir d'achat" explique Dominique du Collectif Citoyen 87. Son groupe s'est ensuite dirigé vers le Champ de Juillet tandis que les Gilets Jaunes Unis 87 ont défilé dans les rues de Limoges pour rejoindre la mairie. 

Entre 150 et 200 gilets jaunes du groupe Gilets Jaunes Unis 87 se sont regroupés pendant plusieurs minutes devant la mairie de Limoges vers 16h30 ce samedi.  "Gil" l'un des chefs de file du groupe,  résume les revendications "Pour la justice fiscale, pour la justice sociale, pour aussi une justice environnementale" car " On veut bien d'une transition écologique mais on ne veut pas que ce soit toujours les mêmes qui paient." explique Gil qui précise:  "Ceux qui polluent aujourd'hui ce sont les plus riches, les grands groupes, les Apple, Amazon donc c'est à eux de payer la destruction de la planète qu'ils ont opérée" . 

Des gilets jaunes qui sont restés de longues minutes devant la mairie, faisant face aux policiers sans affrontement. Les gilets jaunes sont ensuite repartis, direction le Champ de Juillet. C'est là que les différents groupes du mouvement doivent se réunir pour échanger et discuter tout au long de la soirée.