Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Une journée test pour les gilets jaunes dans le Calvados

vendredi 30 novembre 2018 à 18:05 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Une nouvelle manifestation de gilets jaunes sera organisée ce samedi à Caen. Au-delà du défilé en ville, les gilets jaunes veulent tenir une assemblée générale pour désigner des représentants à l’échelle du département. La CGT sera présente et se dit « prête à discuter» pour s’impliquer davantage.

Nouvelle manifestation de gilets jaunes ce 1er décembre à Caen. Cette fois avec une délégation de la CGT prête à participer à la suite du mouvement
Nouvelle manifestation de gilets jaunes ce 1er décembre à Caen. Cette fois avec une délégation de la CGT prête à participer à la suite du mouvement © Radio France - Didier Charpin

Calvados, France

Deux semaines après le début des manifestations, les gilets jaunes arrivent à un carrefour. « Nous devons nous structurer, trouver une organisation interne si on veut négocier des choses » reconnaît Timoléon, l’un des deux porte-paroles du mouvement à Caen. Ce jeune plombier-chauffagiste a donc lancé une idée : la manifestation de ce samedi (départ 10h place du Théâtre à Caen) se terminera par une assemblée générale.  « Nous avons lancé des invitations aux gilets jaunes de plusieurs villes du département : Bayeux, Falaise ou encore Saint-Pierre-sur-Dives. Pour essayer de se retrouver sur une liste de revendications communes. Et si possible désigner des représentants qui seraient nos ambassadeurs » explique Timoléon. Cette assemblée générale se tiendra dans une salle de 200 places située en face du cimetière Saint-Gabriel, près du jardin des plantes. Les organisateurs espèrent trouver celui ou ceux qui pourrai(en)t les représenter face aux pouvoirs publiques et politiques. 

La CGT ouverte à une plus grande implication.

Cette semaine les contacts téléphoniques ont été nombreux entre la CGT et les porte-paroles des gilets jaunes. La branche transport du syndicat appelle à se joindre aux manifestations et il s’agit de déterminer sa visibilité dans les cortèges. Invitée France Bleu Normandie ce matin, Chloë Tessier, l’autre des porte-paroles du mouvement à Caen, s’est montrée ferme  « On a lancé un mouvement apolitique et sans syndicats. Les militants de la CGT peuvent venir mais en gilet jaune, pour qu’ils soient vus comme des citoyens et pas des syndiqués ».  De son côté Jean-Marc Lambert, secrétaire départemental CGT-Transport, déclare qu’il se rendra dans la manifestation caennaise et « que les militants mettront un gilet de la couleur qu’ils voudront ». L’élu cégétiste estime que les gilets jaunes ont besoin de s’organiser « leurs revendications sont les mêmes que les nôtres mais ils doivent travailler collectivement ». 

Chloë Tessier (à gauche), porte-parole des gilets jaunes à Caen, pas favorable à un affiche de la CGT dans la manifestation du 1er décembre - Radio France
Chloë Tessier (à gauche), porte-parole des gilets jaunes à Caen, pas favorable à un affiche de la CGT dans la manifestation du 1er décembre © Radio France - Didier Charpin

La CGT devrait donc s’afficher ce samedi à Caen et se dit attentive à la volonté des gilets jaunes de se désigner des ambassadeurs. Interrogé sur une éventuelle candidature d’un syndicaliste, Jean-Marc Lambert laisse une porte ouverte. « Pour l’instant non, il faudrait que les gilets jaunes le demandent. Il reste quelques heures pour voir avec eux si on peut se coordonner pour faire les choses ensemble » confie le leader de la branche transport de la CGT, manifestement ouvert à une forme de « coalition » avec les gilets jaunes.