Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une mercerie mythique du Mans ferme ses portes après 187 ans d'activité

jeudi 5 avril 2018 à 17:40 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

C'est une institution au Mans. La mercerie "A la pensée" va fermer ses portes le 25 mai. Depuis plusieurs années, le nombre de clients ne cesse de diminuer. La propriétaire dénonce le manque d'accessibilité au centre-ville. C'est la mort dans l'âme qu'elle doit mettre fin à 187 ans d'activité.

"A la pensée", la mythique mercerie du centre-ville du Mans, va fermer ses portes après 187 ans d'existence
"A la pensée", la mythique mercerie du centre-ville du Mans, va fermer ses portes après 187 ans d'existence © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Elle est installée depuis 1831, rue de Bolton. Huit familles se sont succédées à sa tête. Le 25 mai prochain, la mercerie A La Pensée cédera sa place à un magasin de vêtements. Depuis l'annonce de sa fermeture, les client(e)s se succèdent en boutique pour acheter fils, laine, boutons et rubans. "C'est une maison qu'on connait depuis la nuit des temps" explique Isabelle, une cliente " un peu déçue que cela ferme. Quand on avait besoin de choses un peu particulières, on était sûr de trouver tout ce qu'on voulait". Bobine et boutons, Isabelle fait le plein avant  la fermeture de la boutique. "Où va-t-on aller maintenant ?" s'interroge Danièle qui a fait 50 kilomètres pour chercher de la laine pour son tricot. " Nous, dans nos petits villages, on n'a plus rien. Ici c'était super" ajoute Thérèse, une autre cliente. " On a un vrai pincement au cœur"  

Isabelle, Danièle et Thérèse, trois clientes fidèles de la mercerie, très déçue de la fermeture de cette institution

"Je suis très triste. J'ai mis beaucoup de coeur dans cette boutique et beaucoup de temps aussi" 

Sandrine Arnaud, la propriétaire, sert ses dernières clientes, les yeux rougis par l'émotion. C'est la mort dans l'âme qu'elle doit fermer boutique - Radio France
Sandrine Arnaud, la propriétaire, sert ses dernières clientes, les yeux rougis par l'émotion. C'est la mort dans l'âme qu'elle doit fermer boutique © Radio France - yann lastennet

Celle qui a un gros pincement au coeur aussi, c'est Sandrine Arnaud, la propriétaire de la mercerie. " J'ai repris la boutique en 2006 après y avoir été employée. Avant je recevais 150 client(e)s par jour contre 90 aujourd'hui. Mon chiffre d'affaire a fondu, surtout l'après-midi" explique Sandrine qui a du mal à contenir son émotion. "Il faut dire que la mairie ne fait rien pour aider les commerçants du centre-ville. La rue Bolton est piétonne. Il n' y a pas possibilité de se garer à proximité, ce qui pénalise mes clients les plus âgés. C'est vrai aussi que notre métier est en voie de disparition. On avait douze grossistes, on en a plus que deux". Sandrine a du se séparer de trois de ses quatre salariées. C'est la mort dans l'âme qu'elle a pris la décision de fermer boutique " car les charges, elles, ne baissent pas". Elle retient surtout la complicité qu'elle a tissée avec ses clientes." J'ai une clientèle fabuleuse. Ce n'est pas à cause d'elles que je ferme, çà c'est sûr. C'est une entité du centre-ville qui disparaît. J'en suis très triste. J'ai voulu donner une âme à cette boutique, j' y ai mis beaucoup de cœur, beaucoup, beaucoup, beaucoup de mon temps aussi" termine Sandrine, la voix brisée par l'émotion.

Sandrine Arnaud, la propriétaire, regrette de devoir fermer boutique mais elle n'avait plus le choix

Laine, boutons, noeuds, rubans multicolores, on trouve de tout au presque à La Pensée. La mercerie du centre ville du Mans existait depuis 1831 - Radio France
Laine, boutons, noeuds, rubans multicolores, on trouve de tout au presque à La Pensée. La mercerie du centre ville du Mans existait depuis 1831 © Radio France - yann lastennet

La mercerie fermera ses portes définitivement le 25 mai, après 187 ans d'existence. Elle sera remplacée par un magasin de vêtements. Sandrine Arnaud va prolonger l'aventure en ouvrant une petite mercerie de 25 m², chez elle, à Saint Georges du Bois. Elle va aussi continuer à donner ses cours de couture pour les enfants, les ado et les adultes.