Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Une mobilisation en baisse mais une motivation intacte dans le cortège de Rouen pour les retraites

Entre 5 000 et 20 000 manifestants ont défilé dans les rues de Rouen ce mardi 10 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. C'est moins que jeudi dernier, mais la mobilisation reste d'ampleur.

Une mobilisation déterminée contre la réforme des retraites
Une mobilisation déterminée contre la réforme des retraites © Radio France - Théophile Pedrola

Rouen, France

Entre 5 000, selon la police, et 20 000 personnes, selon la CGT, ont manifesté ce mardi 10 décembre dans les rues de Rouen. Objectif : manifester un profond rejet de la réforme des retraites voulue par le gouvernement d'Emmanuel Macron. 

Mobilisation impressionnante sur les ponts de Rouen

Le rendez-vous était donné sur le Cours Clémenceau, rive gauche. Le cortège s'est ébranlé vers le pont Corneille, avant de passer dans l'autre sens sur le pont Boieldieu puis de revenir par le pont Jeanne d'Arc, un zig-zag pour bien être visible, et qui a conduit à bloquer deux ponts en même temps, donnant des images d'une mobilisation impressionnante. 

Dans les chiffres, il y avait moins de personnes dans les rues ce mardi 10 décembre que jeudi dernier, pour le coup d'envoi de la mobilisation. 

Mais dans les faits, les manifestants, dans une ambiance globalement bon enfant, ont montré leur détermination. Notamment à l'entrée de la rue Jeanne d'Arc, artère non prévue sur le parcours. D'abord soumis à un barrage policier, le cortège a finalement réussi à passer, dans une confusion certaine. 

Le corps enseignant très nombreux

Parmi les mobilisés, les plus nombreux étaient sans doute les professeurs. De nombreux établissements étaient représentés. Alexis est docteur en philosophie, sa femme est enseignante et est là entre autres pour la soutenir : "Cette réforme est dans la continuité de la politique de macron. On réduit les droits des chômeurs, il faut travailler plus longtemps. On est dans une politique de précarisation des gens, et les gilets jaunes dénonçaient déjà ça !"

Autre profession très présente, les dockers. Ils étaient en tête du cortège, avec quelques pompiers en tenue d'intervention. Une manifestation interprofessionnelle donc, mais garnie aussi de quelques retraités : "C'est très important d'être là, pour tous les salariés, surtout les plus jeunes, témoigne Bernard. Certains retraités sont déjà en difficulté financière et cela sera encore pire avec cette réforme." 

L'espérance de vie en bonne santé n'augmente pas !" Alexis, un manifestant

Une mobilisation qui intervient à la veille de la présentation officielle du projet par Edouard Philippe, le Premier ministre. Logique selon Bernard : "C'est un rapport de force, et il doit s'établir avant que la réforme ne soit présentée, et même annoncée ! C'est une nécessité d'avoir une mobilisation forte maintenant, parce qu'il n'y a qu'une possibilité, c'est que ce projet soit retiré." 

Principale crainte : que l'on ne puisse plus jouir d'une retraite en pleine santé. "L'espérance de vie augmente, mais pas l'espérance de vie en bonne santé", détaille Alexis. Philippe, chercheur dans le domaine de la santé lui emboîte le pas : "J'ai deux frères et une sœur qui sont décédés sans avoir touché de retraite, quasiment. Faut réaliser... Si on entre en activité le plus tard possible, tout en allongeant le nombre d'annuités... Au bout, qu'est ce qu'il y a ?", feint-il d'interroger, alors qu'il promène un squelette muni d'un panneau : "Enfin la retraite !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu