Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une nouvelle épicerie solidaire en Chautagne

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Arrêter de faire des kilomètres pour acheter ses produits bio et locaux et respecter l'environnement et l'humain sont les objectifs du Comptoir de Chautagne à Ruffieux (Savoie) qui ouvre ses portes ce mercredi 12 juin à 10 heures. Un projet organisé par les habitants et pour les habitants.

L'épicerie "Le Comptoir de Chautagne" ouvre ses porte le mercredi 12 juin à 12 heures dans la zone d'activité du Saumont à Ruffieux (Savoie).
L'épicerie "Le Comptoir de Chautagne" ouvre ses porte le mercredi 12 juin à 12 heures dans la zone d'activité du Saumont à Ruffieux (Savoie). © Radio France - Bastien Thomas

Ruffieux, France

"Je me retrouvais dans l'obligation, quand j'avais besoin de faire des achats, de me déplacer pour trouver des produits locaux et faire la tournée des producteurs locaux", résume Marie-Hélène, bénévole à l'association "L'épicerie de Chautagne" et à l'origine du projet de magasin solidaire à Ruffieux en Savoie. Avec cette boutique, l'idée est de limiter les trajets en voiture et soutenir les producteurs locaux en vendant leurs produits au plus près de la population.

"Pour faire des courses simples, on a un supermarché à côté. Mais si on veut faire la tournée des producteurs locaux c'est des dizaines de kilomètres. Ça peut aller jusqu'à vingt-cinq kilomètres. Et puis ils ont tous des horaires d'ouverture différents. C'est impossible d'avoir un menu dans la journée fait avec des produits locaux. C'était vraiment l'intérêt de se regrouper." - Marie-Hélène, bénévole "L'épicerie de Chautagne".

Une vingtaine de bénévoles ont travaillé depuis un an pour que l'ouverture de la boutique soit possible ce mercredi 12 juin. Les rayons ont été fabriqués pour l'occasion par les bénévoles. Tous les aspects ont été étudiés. Une enquête a même été réalisée auprès de la populations et des producteurs pour connaître leurs attentes. "On a vu que les gens recherchaient des produits bio et locaux", confie Marie-Hélène.

Pour lancer le projet, l'association a bénéficié d'une aide de 30 000 euros de France Active Savoie Mont Blanc et d'un prêt de 30 000 euros d'une banque privée. Cet argent a permis de financer l'intégralité des travaux, les achats de matériel, notamment un espace de stockage, une chambre froide et la location d'un local. Sans oublier les salaires des deux épicières qui tiendront la boutiques et qui ont été recrutées par "L'épicerie de Chautagne".

Tous les produits de la vie quotidienne seront vendus... même jusqu'au papier toilette et des cosmétiques. Bios bien entendu ! - Radio France
Tous les produits de la vie quotidienne seront vendus... même jusqu'au papier toilette et des cosmétiques. Bios bien entendu ! © Radio France - Bastien Thomas

Lors de notre visite de la boutique, Jean-Claude, micro-brasseur en Chautagne, est venu présenter ses dernières créations pour vendre ses bières. Soutenir le projet de "L'épicerie de Chautagne" est une évidence pour lui. "On arrive à des extrémités au niveau des ventes aujourd'hui. On achète le moindre truc ça arrive de Chine par bateau et ça met trois mois a être livré. C'est intéressant d'aller travailler avec des gens qui ont envie de s'impliquer. Et puis la bière c'est sympa et convivial", note le producteur qui parie sur la réussite du projet.

Des prix abordables pour du bio

"On essaie de proposer des prix qui se rapproche le plus possible des grandes surfaces bio, ce qui veut dire que les prix ne seront pas les mêmes que dans un supermarché conventionnel", explique Isabelle, une des deux vendeuses recrutée en tant que salariée. Par exemple, un kilo de pâtes coûte en moyenne un euro dans la grande surface classique. "Ici, ça sera plus entre deux et trois euros cinquante", précise l'épicière. Tout y sera vendu. Fruits, légumes, viande, produits frais, vrac, cosmétiques bio et même du papier toilette !

Des produits en vrac seront disponibles pour limiter les emballages et agir sur la préservation de l'environnement. Autre exemple d'action : les rayons ont été fabriqués par les bénévoles. - Radio France
Des produits en vrac seront disponibles pour limiter les emballages et agir sur la préservation de l'environnement. Autre exemple d'action : les rayons ont été fabriqués par les bénévoles. © Radio France - Bastien Thomas

Faire que les salariées s'approprient leur outil de travail

A la longue, les bénévoles souhaitent se retirer du projet et le laisser aux deux vendeuses pour qu'elles deviennent des auto-entrepreneuses. "On a toujours voulu faire un projet rentable avec l'idée, à terme, que les salariées puissent reprendre le magasin à leur compte et pas que les bénévoles restent en permanence ici", remarque Christine, une des bénévoles. Et à l'ouverture, ce seront surement les premiers clients !

Un espace de convivialité sera aussi aménagé à côté de la causse pour prendre un café et discuter avec les employées et les bénévoles. Le Comptoir de Chautagne ambitionne aussi de faire de "l'animation" dans la commune de Ruffieux pour "créer du lien entre tous les acteurs de la région : commerçants, producteurs et clients", conclue Isabelle.