Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une partie des salariés de l'usine Selni à Revin en chômage partiel au mois de janvier

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne
Revin, France

L'usine Selni (ex-Electrolux) à Revin, dans les Ardennes, s'est déclarée en situation de cessation des paiements jeudi 21 décembre. Une période de 3 mois de chômage partiel attend 100 des 181 salariés à partir du mois de janvier.

Le long de la Meuse à Revin, le site de Selni, ex Electrolux
Le long de la Meuse à Revin, le site de Selni, ex Electrolux © Maxppp - Jean-Marc Quinet

La crise continue pour les salariés de l'usine du groupe Selni à Revin. 100 salariés sur 181 connaîtront un chômage partiel en janvier. Les salaires du mois de décembre, eux, seront versés dans quelques jours. Le fabricant de moteurs pour machines à laver cumulent les problèmes depuis plusieurs semaines.

Les machines dans l'usine ne sont pas toutes en état de bon fonctionnement, selon Jean Pierre Villeret, salarié, du syndicat Force Ouvrière : "On en a trois à changer. Et sans trésorerie, sans argent, ce sera compliqué de continuer le travail." La nouvelle commande de 5.000 moteurs passée par Electrolux, le seul client de Selni, sera donc difficile à honorer.

Pour l'instant, il n'y a aucun engagement financier de la part d'Electrolux - Christophe Giboni, directeur de l'usine Selni

Autre problème rencontré par Selni, le refus d'une commande de la part de la multinationale d'électroménagers. Electrolux a renvoyé des moteurs à l'usine qui ne correspondaient pas à ses exigences. Le directeur de l'usine Christophe Giboni espère donc un geste financier, pour compenser les pertes de trésorerie : "Il faut faire comprendre à Electrolux que leur responsabilité est totalement engagée dans ce projet. Sans eux, ce sera compliqué de maintenir l'activité sur le site. Pour l'instant, il n'y a aucun engagement financier de la part d'Electrolux."

La multinationale avait déjà refusé la semaine dernière de verser 6 millions d'euros à Selni pour financer des équipements. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess