Économie – Social

Bientôt des panneaux photovoltaïques flottants à Piolenc

Par Aurélie Lagain et Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse mercredi 17 août 2016 à 10:55

Panneaux solaires (illustration)
Panneaux solaires (illustration) © Radio France -

Une enquête publique débutera en septembre pour un projet de centrale solaire flottante à Piolenc (Vaucluse). Il s'agit d'un partenariat avec Carrefour autour de l'électricité et du maraîchage bio. La commune en attend beaucoup, notamment une importante manne financière.

À Piolenc, une enquête d'utilité publique va être lancée du 5 septembre au 7 octobre. Elle concerne l'installation de la première centrale solaire lacustre en France.

Il s'agit de 20 hectares de panneaux photovoltaïques flottants, eux-même posés sur des barges ancrées au fond d'un plan d'eau, l'un des deux lacs nés lors de la construction de la ligne à grande vitesse. Le remblai de la voie a été extrait du sous-sol de Piolenc. Sont restés deux étangs, un de 50 hectares qui sert de base de loisir et l'autre de 85 hectares.

C'est là qu'il y a cinq ans une société française a testé des capteurs solaires flottants : si les prototypes ont intéressé des clients étrangers, l’électricité produite est trop chère pour EDF qui refuse de l'acheter.

Depuis, la loi sur la transition énergétique de Ségolène Royal a autorisé la vente des énergies renouvelables à des clients privés. Akuo Solar, une jeune start-up parisienne, reprend alors le projet à son compte.

Maraîchage bio

Les 11 mégawatts pourraient alors alimenter les magasins Carrefour de la région. L'enseigne de grande distribution pose une condition : que 20 hectares de maraîchage biologique soient développés autour du lac, la production lui étant destinée.

"Carrefour souhaite comme le fait Intermarché avec sa pêche, produire directement des fruits et légumes bio et s'engage à racheter tous les fruits et légumes bio de saison : des courgettes, des aubergines, des tomates, des poivrons..." - Louis Driey, maire de Piolenc

Louis Driey, avec Jean-Pierre Burlet

Retombées économiques

C'est une manne financière pour Piolenc : un bouquet de 400 000 euroset une "rente annuelle" de 50 000 euros pendant 50 ans. Ce qui permettrait de nombreux investissements, listés par le maire Louis Driey :

"Élargir les routes, faire plus pour la jeunesse, mieux informatiser les écoles, climatiser les classes, la bibliothèques, les centres de loisirs, mettre en place des transports pour les personnes âgées... "

Louis Driey, avec Jean-Pierre Burlet